RMC Sport

Tour de France: Roglic peut-il perdre son maillot jaune lors du contre-la-montre ?

A deux jours de l’arrivée à Paris, le maillot jaune est confortablement installé sur les épaules de Primoz Roglic. Le Slovène peut-il perdre samedi les 57 secondes qui le sépare de Tadej Pogacar dans le contre-la-montre à Planche des Belles Filles?

"Jusqu'à présent, je me sens bien, en bonne santé". Primoz Roglic se veut-il prudent ou ce "jusqu’à présent" peut présager d’une défaillance surprise? Seul le Maillot Jaune en aura la réponse ce samedi, lorsqu’il se présentera sur la rampe de lancement peu après 17h, quelques instants après Tadej Pogacar, en théorie le seul à pouvoir empêcher Roglic de remporter un Tour de France qui lui tend les bras.

Roglic indétrônable depuis deux semaines

Malgré deux victoires sur ce Tour 2020, à Laruns et au sommet du Grand Colombier, Pogacar n’a jamais réussi à vraiment distancer Roglic en montagne dans les forts pourcentages, mais seulement au sprint. Dans le col de la Loze, le Maillot Jaune a même repris 17 secondes à son jeune compatriote, bonifications incluses. Même si Roglic vacille quelque peu ce samedi dans La Planche des Belles Filles, pas sûr que cela ne menace sa place sur le trône.

Le seul contre-la-montre de cette Grande Boucle sera la dernière occasion de mettre en difficulté Roglic, bien protégé en montagne ou dans les bordures, contrant systématiquement les attaques et évitant les pièges. Et parce que les jambes ont suivi, ce fut d’autant plus compliqué pour les adversaires de maintenir un soupçon d’espoir de maillot jaune. Pourtant, Pogacar a montré qu’au-delà de sa deuxième place actuelle, il était le grand danger pour Roglic, y compris pour ce chrono.

"Ce serait incroyable de gagner le Tou. C'est toujours possible. De toute façon, je vais y aller à fond comme à chaque fois, je fais toujours le maximum. Il n'y a même pas lieu de faire des priorités", a affirmé ce vendredi le prodige de la formation UAE-Team Emirates.

Roglic à l’aise en contre-la-montre

Le profil montagneux de ce tracé entre Lure et la Planche des Belles Filles devrait convenir aux grimpeurs et les chances sont grandes de voir Roglic à l’aise dans l’exercice. Lors de la 10e étape du dernier Tour d’Espagne, il avait écrasé un chrono beaucoup plus vallonné, ce qui lui avait permis de mettre tous les favoris à 1’30 au minimum, y compris Pogacar, et de prendre le maillot rouge pour ne plus le lâcher.

Quelques mois plus tôt, le Slovène avait déjà montré son talent en contre-la-montre. Par deux fois, il s’était imposé sur le Giro, d’abord dans un parcours court (8 km) mais avec une arrivée en bosse, ensuite au terme de 34,8 kilomètres de course marquée par un nouveau final grimpant. D’ailleurs, cette 9e étape autour de Saint-Marin ressemble étrangement à la 20e étape de ce samedi dans les Vosges. La longueur est similaire (36,2km) et le profil présente les mêmes caractéristiques: plat au début, pentu sur la fin.

Des écarts possibles sur ce chrono

Un profil similaire, à un détail près: Roglic ne pourra pas lisser son effort sur une montée 12 kilomètres à pente raisonnable (3,9% de moyenne). Ce samedi, l’ascension qui interviendra après 30 kilomètres de plat sera deux fois plus courte mais terrible: une moyenne de 8,5% avec plusieurs passages à plus de 10% et une arrivée en haut d’un mur à 20%.

Autant dire que les défaillances se payeront très chères et que les maigres écarts au général pourraient s’accroître ou s’inverser, selon les scénarios. Certains positions dans le top 10 pourraient être chamboulées. Quid du maillot jaune dans tout cela ?

Pogacar champion de Slovénie devant Roglic

C’est en se penchant sur le résultat de son dernier chrono que certains sont tentés d’y voir un dernier espoir pour Pogacar de renverser une course dominée de la tête et des épaules par la Jumbo-Visma de Roglic. Le 28 juin dernier, sur l’une des premières courses mondiales post-confinement, le cadet a battu l’aîné sur le championnat de Slovénie du contre-la-montre.

L’actuel maillot blanc avait dominé le leader du Tour sur un tracé plus court et surtout beaucoup plus régulier. S’il ne lui avait pris que 9 secondes, qu’en sera-t-il sur un parcours plus de deux fois plus long et au terme d’une montée beaucoup plus pentue? Un Pogacar voltigeur pourrait créer des dégâts. Même si le contexte, la préparation et la forme ne sont pas du tout comparables après une course à étape de trois semaines qu’à la sortie d’une grande pause, forcée par une pandémie mondiale.

Pour Roglic, le mauvais souvenir du Tour 2018

Mais aujourd’hui, aussi dominateur qu’il soit, aussi facile qu’il peut paraître, aussi à l’aise qu’il peut survoler les chronos, Roglic reste humain et n’est pas l’abri d’une défaillance. "J'ai déjà fait des chronos en fin de Grands tours, j'ai aussi des expériences de contre-la-montre, des bonnes et des moins bonnes", a-t-il reconnu ce vendredi à l’arrivée de la 19e étape.

En effet, il lui est déjà arrivé un contrecoup sur un Grand Tour. C’était en 2018, déjà sur la Grande Boucle, à la veille de l’arrivée et après avoir escamoté un mur (900m à 10,2%), même s’il y avait cette fois une descente derrière. Mais depuis, la donne a changé et le bonhomme est monté sur deux podiums en Grands Tours, et même sur la plus haute marche à Madrid il y a tout juste un an.

Troisième du général au lendemain de sa victoire à Laruns, le Slovène abordait ce contre-la-montre du Tour 2018 avec la place de dauphin de Dumoulin en ligne de mire (19 secondes) et une maigre avance sur Froome, quatrième (13 secondes). Résultat: une place sur le podium perdue après un débours de 1'12 sur le Néerlandais et 58 secondes sur le leader Thomas.

Justement, 58 secondes de retard, c’est tout juste ce qu’il suffira à Pogacar à la Planche des Belles Filles pour arracher le maillot jaune à son compatriote, à la veille de l’arrivée sur les Champs-Elysées.

Jules Aublanc