RMC Sport

Tour de France, Alaphilippe : "C’était vraiment difficile pour moi"

-

- - AFP

Deuxième du général à 5"11 de Greg Van Avermaet, Julian Alaphilippe est heureux d’avoir conservé son maillot blanc à l’issue d’une 6e étape du Tour de France compliquée pour lui ce mercredi. Le coureur de 24 ans se projette déjà sur l’étape de ce jeudi (Arpajon-sur-Cère - Montauban) et la demi-finale de l’Euro France-Allemagne.

Julian Alaphilippe, pourquoi les Etixx ne roulent pas pour vous aider ?

Parce qu’on a roulé hier (mardi) et qu’on le fera demain pour le sprint, donc ce n’est pas l’objectif de rouler pour ma deuxième place au classement général. Forcément, je peux y penser et me dire : « Ça aurait été une belle chose de se rapprocher du maillot jaune. » Mais, honnêtement, il faut se concentrer sur ce qu’on a à faire. Hier, on a gagné l’étape (Marcel Kittel, ndlr), c’est super. J’espère que, demain, on va retenter la même chose.

>> A lire aussi : Tour de France : Van Avermaet en jaune, Contador dans le dur, Nibali équipier... ce qu'il faut retenir de la 5e étape

D’un point de vue personnel, à un moment, on vous a vu peut-être un petit peu en difficulté…

Un moment, un long moment, ouais (Rires). Tout le final, j’ai cru que c’était la fin. Je n’ai rien lâché, j’ai tout donné. Franchement, c’était vraiment difficile pour moi de basculer à chaque fois. Mais quand je regardais derrière moi, il n’y avait pas grand-monde. Donc c’était difficile pour tout le monde, c’était vraiment une étape dure et je suis quand même content de garder le maillot blanc une journée de plus.

Vous allez courir pour le général le plus loin possible, de toute façon ?

Le plus loin possible, mais le plus dur reste à venir. Aujourd’hui, c’était juste un avant-goût, et vu comment j’étais à la limite, je ne pense pas qu’il faille trop rêver non plus. C’est bien déjà.

>> A lire aussi : Tour de France : place aux difficultés de la montagne

Il y a un gros match de foot jeudi soir, France-Allemagne, ça promet une ambiance particulière dans l’équipe ?

C’est sûr que ça met une bonne ambiance, on regarde après manger dans la chambre. Ça permet de rassembler, c’est ça qui est bien. Je ne vais pas dire que je n’aime pas le foot parce que j’aime bien regarder les grands matches mais je ne suis pas un pur spécialiste, je ne peux pas vous dire de noms de joueurs ou quoi.

Et ça va chambrer entre Allemands et Français ?

Peut-être, ouais. Ce n’est pas forcément le but du jeu. On s’entend super bien et on n’a pas besoin d’un match de foot pour se chambrer (Rires).

>> A lire aussi : Tour de France : chez les Français, il n'y a pas que Pinot

Y.P.