RMC Sport

Tour de France: Alaphilippe revoit ses plans et veut se "faire plaisir" après son chrono décevant

Alors que certains l'imaginaient pouvoir reprendre le maillot jaune de leader du Tour de France ce mercredi, Julian Alaphilippe a échoué à la 14e place du contre-la-montre remporté par Tadej Pogacar. Mais le Français a déjà d'autres "choses en tête" pour rectifier le tir.

Beaucoup le voyaient capables de reprendre le maillot jaune. En misant sur sa forme du moment, sa détermination et son expérience dans cet exercice, aussi, après sa victoire lors du chrono de Pau sur le Tour de France 2019. Mais Julian Alaphilippe a été battu par plus fort. Deuxième du général ce mercredi matin, à huit secondes de Mathieu van der Poel, le Français (29 ans) a dû se contenter d’une décevante 14e place au terme des 27,2 kilomètres du contre-la-montre disputé entre Changé et Laval. Il a échoué à plus d’une minute du vainqueur du jour, l'épatant Tadej Pogacar, et perdu deux places d’un classement général toujours dominé par Van der Poel.

"J’ai des choses en tête"

"Je n’étais pas dans une grande journée. C’est sûr que j’aurais pu espérer un petit peu mieux. J’ai aimé le parcours, et c’était incroyable avec les encouragements, mais ce sont les jambes qui parlent sur ce type de parcours", a reconnu Alaphilippe, convaincu que Pogacar a "a remis les pendules à l’heure".

Loin d’être abattu, le coureur de la Deceuninck-Quick Step, qui s’était emparé du maillot jaune dès le premier jour de ce Tour en s’imposant à Landerneau, entend continuer à se "faire plaisir". "Il reste encore plein d’opportunités. J’ai des choses en tête, je vais voir comment je récupéré et analyser pourquoi ça n’allait pas trop aujourd’hui. Je suis super content de mon début de Tour, on ne peut gagner tout le temps. Il ne faut pas oublier notre objectif numéro un: on est venus ici pour gagner des étapes, par pour gagner le Tour", a-t-il ajouté.

Pourrait-il tout de même tenter de reprendre le maillot jaune dans les prochains jours ? Ça ne semble plus être à l’ordre du jour. "Il va falloir changer les plans", a-t-il glissé sur France TV. Après une sixième étape qui semble taillée pour les équipes de sprinteurs, jeudi, celle programmée vendredi entre Vierzon (Cher) et Le Creusot (Saône-et-Loire), avec deux derniers kilomètres à plus de 10% de moyenne, pourrait permettre à Alaphilippe de vite tourner la page de ce chrono.

RR avec Arnaud Souque