RMC Sport

Tour de France: Pinot "a la rage" après le temps perdu dans les bordures

Grand perdant du coup des bordures ce lundi, Thibaut Pinot s'est montré impatient pour la suite du Tour de France 2019 devant les médias pour la journée de repos à Albi. Le Français assure que "son objectif de podium est toujours réalisable".

Troisième du classement général lundi matin, Thibaut Pinot a été piégé dans un coup de bordure pour rétrograder à la 11e position à l'issue de la 10e étape. De quoi ruminer sa frustration lors de cette première journée de repos à Albi après un début de Tour idyllique.

"C'est beaucoup de colère, de frustration aussi. Parce qu'on ne le méritait pas. Je ne l'accepte pas. C'est ça qui est dur, on a fait zéro erreur. depuis le début On a fait une erreur, je n'ai même pas envie de parler du rond-point... Peut-être qu'on n'a pas été bons collectivement aussi. Mais on était présent dans le match", a confié Thibaut Pinot face aux médias, encore abattu par ce débours concédé.

"C'était une étape très usante, très nerveuse, l'une des plus difficiles sur le Tour de France. Pendant 200 bornes, on était là dans les 20-30 premiers. J'ai déjà pris des coups de bordure, celui-là je n'arrive pas à l'accepter, c'est trop frustrant", a commenté le leader de la Groupama-FDJ. Reste à savoir si ce temps perdu aura une incidence sur la suite pour le classement général.

"Je me suis toujours relevé"

"J'ai de la confiance, j'ai les jambes. Je suis impatient, j'ai de la rage en moi. J'ai qu'une envie, c'est d'être à samedi maintenant", assure le Français de 29 ans, déjà monté sur la troisième marche du podium de la Grande Boucle en 2014.

"Le matin du chrono (ndlr: ce vendredi à Pau), je sais que je penserai à ça. J'ai déjà eu bien pire et je me suis toujours relevé. Par rapport au dernier Giro, c'est rien. On ne donne pas 1'40 comme ça. Mon objectif de podium est toujours réalisable, aucun doute", a commenté Pinot, en référence à sa terrible défaillance sur le Tour d'Italie 2018. Au matin de la 20e étape, il était sur le podium provisoire derrière Froome et Dumoulin avant d'être victime d'une pneumonie, l'emmenant à l'hôpital.

"Pendant huit jours, on était un peu comme dans un rêve" pour Madiot

Du côté de son équipe Groupama-FDJ, à commencer par son manager général Marc Madiot, la confiance reste de mise. “A lire la presse, j’avais l’impression qu’on préparait un enterrement. Je vous rassure, on est en vie, en pleine santé", assène Madiot, toujours combatif pour mener de nouveaux combats.

De là encore à imaginer un podium ou la victoire finale à Paris? "On a fait 10 étapes, il en reste 10 et cela tombe bien ce sont les plus difficiles. Si on était dans un match de football, je dirais qu’on est mené 1-0. Ce n’est pas une défaite, ni la fin du match. Rien n’est jamais terminé. C’est sûr, on aurait préféré ne pas perdre 1’40”. Pendant huit jours, on était un peu comme dans un rêve. On a fait une faute, il faut accepter", a assuré Marc Madiot, qui espère désormais le rebond pour Thibaut Pinot.

Guillaume Lepère avec Maureen Lehoux à Albi