RMC Sport

Tour de France: Pogacar fait la police dans le peloton après une chute collective

Tadej Pogacar

Tadej Pogacar - France Télévision

Le début de la 19e étape du Tour de France, entre Mourenx et Libourne ce vendredi, a été marqué par plusieurs chutes collectives. Après la première, le maillot jaune slovène Tadej Pogacar a exprimé avec véhémence son agacement auprès des coureurs qui en ont profité pour attaquer.

Le maillot jaune s’énerve. La tension était palpable ce vendredi, en milieu de journée, au départ de la 19e étape du Tour de France entre Mourenx et Libourne. Pas moins de trois chutes collectives ont marqué les premières minutes de la course. La première est survenue après seulement deux kilomètres parcourus.

A l’origine de cette gamelle collective dans le peloton, Brent Van Moer. Déséquillibré sur le côté gauche de la chaussée alors qu’il voulait attaquer, le coureur de la formation Lotto-Soudal a entraîné plusieurs coureurs dans sa chute, dont Geraint Thomas mais aussi Vegard Stake Laengen, coéquipier de Tadej Pogacar. Alors qu’un deuxième coureur UAE est aussi distancé, le maillot jaune s’en va alors à l’avant du peloton, le regard noir.

Kwiatkowski et Skujins sermonnés

Tadej Pogacar n’accepte pas que des coureurs aient profité de cette chute collective pour attaquer. Et il entend bien le faire savoir. Celui qu’on a quitté triomphant jeudi à Luz-Ardiden fait cette fois la police en sermonnant le Polonais d’Ineos-Grenadiers Michal Kwiatkowski et le Letton Toms Skujins (Trek-Segafredo), leur reprochant de ne pas attendre les coureurs impliqués dans la chute.

Une scène qui n’est pas sans rappeler la façon dont Lance Armstrong faisait pression sur le peloton (notamment sur l’Italien Filippo Simeoni lors du Tour 2004), même si les raisons de la colère de l’Américain déchu de ses sept victoires sur le Tour étaient d’une toute autre gravité puisqu’il s’agissait, en toile de fond, des soupçons de dopage.

ABr