RMC Sport

Adjoint de Zidane au Real, Bettoni veut devenir entraîneur numéro 1 et pense à la Ligue 1

Ami et dévoué bras droit de Zinédine Zidane au cours de sa carrière de joueur puis d’entraîneur au Real Madrid, David Bettoni souhaite s’émanciper pour prendre seul les rênes d’une équipe de première division. Et n’écarte pas l’idée d’entraîner en Ligue 1, bien au contraire.

David Bettoni a été à (très) bonne école. Inséparable compère de Zinédine Zidane lors de ses deux passages au Real Madrid (2016-18 et 2019-21), où ce dernier fut le seul entraîneur dans l’histoire à avoir remporté trois fois consécutivement la Ligue des champions, l’éternel adjoint semble prêt à voler de ses propres ailes.

Déjà brièvement confronté à l’expérience de coach principal avec les jeunes de l’AS Cannes, avec qui il a également connu la Première division en tant que joueur dans les années 90, Bettoni désire devenir entraîneur numéro 1 de haut niveau. Il y avait accédé, un peu par la force des choses alors que son "ami" était testé positif à la Covid, alors qu’il s’était retrouvé brièvement numéro 1 sur le banc madrilène durant deux rencontres de Liga, en janvier dernier.

"Zizou m’a dit: « Toi, il faut que tu fonces, tu es fait pour ça, et les joueurs le savent »"

"Ça a été une expérience extraordinaire. Je l’ai prise avec beaucoup de simplicité. Il fallait simplement être moi-même. (…) C’est après toutes ces belles expériences que j’ai commencé à me dire: « Pourquoi pas ? ». Pourquoi pas faire un bout de chemin tout seul. Je me sens prêt. J’ai beaucoup d’expérience, j’ai eu la chance d’entraîner de grands joueurs", a-t-il assuré sur l’After de RMC jeudi.

Eloigné des bancs de touche depuis le second départ de Zinédine Zidane du Real, à la fin de la saison dernière, David Bettoni n’a jamais cessé de suivre de près le football, et a "beaucoup d’envie, de passion, et d’idées". Et a reçu le soutien de l’ancien numéro 10 des Bleus.

"En fin de saison, quand Zizou m’a dit qu’il souhaitait prendre un peu de recul, il m’a dit: « Toi, il faut que tu fonces, tu es fait pour ça, et les joueurs le savent ». J’ai décidé de me lancer en tant que numéro 1. Je suis prêt à prendre une équipe de première division, en Ligue 1 par exemple. Je suis ouvert à tous les championnats mais je suis Français, et je connais très bien le championnat de France."

Romain Daveau Journaliste RMC Sport