RMC Sport

Blatter : "Un moment difficile pour le football et la FIFA"

Sepp Blatter

Sepp Blatter - AFP

Sepp Blatter, qui briguera ce vendredi un cinquième mandat à la tête de la FIFA, a réagi par communiqué au nouveau scandale qui touche l’instance dirigeante du football mondial après l’arrestation de sept responsables soupçonnés de corruption.

Président de la FIFA depuis 1998, Sepp Blatter pourrait être réélu cette semaine à la tête d’une institution en plein marasme après l’arrestation de sept responsables soupçonnés de corruption dans l’attribution de plusieurs Coupes du monde. Le Suisse de 79 ans, qui aura pour seul adversaire le prince jordanien Ali bin Hussein, a livré sa première réaction au scandale par le biais d’un communiqué dans lequel il n’évoque pas son cas personnel ou un éventuel report de l’élection.

« C'est un moment difficile pour le football, les fans et pour la FIFA en tant qu'organisation, écrit Blatter. Nous comprenons la déception que beaucoup ont exprimée et je sais que les événements d'aujourd'hui auront un impact sur la façon dont beaucoup de gens nous perçoivent. Aussi malheureux que ces événements soient, il doit être clair que nous saluons les actions et les enquêtes menées par les autorités américaines et suisses et nous croyons que cela aidera à renforcer les mesures que la FIFA a déjà prises pour éradiquer toute malversation dans le football.

« Regagner votre confiance »

« Alors que beaucoup de gens pourraient être frustrés du rythme auquel les choses changent, je tiens à souligner les actions déjà prises et celles que nous continuerons de prendre, poursuit Blatter. En fait, l’action du Bureau suisse du procureur général s’est mis en route quand nous avons soumis un dossier aux autorités suisses l’année dernière. Soyons clairs : de tels comportements n'ont pas leur place dans le football et nous nous assurerons que ceux qui sont impliqués soient mis hors-jeu.

Après les événements d'aujourd'hui, le Comité d'éthique indépendant - qui est au milieu de ses propres investigations concernant les attributions des Mondiaux 2018 et 2022 - a pris rapidement des mesures pour interdire provisoirement les personnes nommées par les autorités de toute activité liée au football (voir l’encadré). Nous allons continuer à travailler avec les autorités compétentes et nous allons travailler énergiquement au sein de la FIFA afin d'éradiquer toutes les mauvaises attitudes, pour regagner votre confiance et de veiller à ce que le football dans le monde entier soit exempt de faute."

11 personnes suspendues par la FIFA

Après la procédure engagée par la justice américaine, l’instance suprême du football mondial a suspendu provisoirement 11 personnes sur la base « d'enquêtes de la chambre d'investigation du comité d'éthique de la Fifa » : Jeffrey Webb (vice-président de la FIFA), Eduardo Li (membre du comité exécutif de la Fifa), Julio Rocha (responsable du développement de la Fifa), Costas Takkas (collaborateur du président de la Concacaf Jeffrey Webb), Jack Warner (ex-vice-président de la Fifa, président de la fédération des Caraïbes), Eugenio Figueredo (vice-président de la Fifa), Rafael Esquivel (membre du comité exécutif de la Conmebol), José Maria Marin (membre du Comité d'organisation de la Fifa pour le football olympique), Nicolás Leoz (ancien membre du Comité exécutif de la Fifa, et ancien président de la Conmebol), Chuck Blazer (ancien homme fort du foot au Etats-Unis) et Daryll Warner (un des fils de Jack Warner).