RMC Sport

Bayern Munich: le partenariat avec Qatar Airways provoque des tensions au club

L'assemblée générale du Bayern Munich s’est conclue, ce jeudi, sous les huées de plusieurs membres qui ont appelé à la démission du président du club, Herbert Hainer, en raison notamment de son refus de rompre un contrat avec Qatar Airways.

Intouchable sur le terrain, le Bayern Munich subit quelques remous internes. L’assemblée générale du club, ce jeudi, s’est conclue dans la confusion et les huées contre le président du club, Herbert Hainer. Des appels à la démission ont même été lancés par certains des 800 membres (sur 290 000) présents à Munich pour l’occasion. Même Uli Hoeness, ancienne légende du club et président d’honneur, a quitté la scène sans avoir réussi à prononcer un mot dans le chaos ambiant de cette réunion, qui s’est étirée de 17h à minuit.

La grogne serait partie d’une question sur la manière dont avait été gérée le scandale de racisme au sein du campus du club, qui accueille les équipes de jeunes. Un entraîneur, suspecté d’avoir tenu des propos racistes et homophobes pendant de nombreuses années, a en effet été démis de ses fonctions en août 2020. Plusieurs autres techniciens sont soupçonnés d’être impliqué et la manière jugée légère de traiter ces dossiers provoquent, depuis plusieurs mois, la colère de plusieurs fans.

Une proposition pour rompre le contrat avec Qatar Airways a été rejetée

Ce fut encore le cas jeudi. Mais un autre sujet a fait monter la tension: le contrat de sponsoring avec Qatar Airways. Michael Ott, un membre de l’assemblée, a ainsi déposé une motion pour mettre fin à cette collaboration dont le terme est prévu en 2023. Une proposition rejetée par le vice-président Dieter Mayer.

"Nous remplirons le contrat", a déclaré le président Hainer à propos de la relation commerciale avec la compagnie aérienne du Qatar, sans préciser si le Bayern prolongerait le contrat de sponsoring. Oliver Kahn, futur patron du club, a évoqué des "critères très clairs" pour de tels partenariats. "Il existe des exigences de conformité comme pour tout partenaire, a-t-il rappelé. Nous les examinons de près. Il y a toujours des choses qui peuvent être améliorées et développées. Nous prenons ça en compte."

Avant cela, l’ancien gardien mythique du club avait présenté les résultats financiers en baisse en raison du Covid, mais jugés "bons" à ses yeux. Il avait aussi mis en garde contre l'argent "illimité" d’investisseurs dans certains clubs en Europe, comme un écho aux récentes déclarations fracassantes d’Uli Hoeness contre le PSG et Manchester City. "Ils perdront encore contre nous, avait-il confié. Pas toujours, mais de temps en temps. Et ça doit être notre but. Et lorsque nous gagnons contre eux, ça me réjouit fortement (...) C'est ça qui me stimule, leur montrer: 'Votre argent de merde, ça ne suffit pas'." Il semble, pour le moment, remplir un peu les caisses du géant bavarois.

NC