RMC Sport

Ligue des champions: le Barça de Xavi accroché, c'est mal parti pour les huitièmes

Pour sa première sur le banc en Ligue des champions, Xavi est passé tout prêt du précipice et va devoir sortir un résutlat face au Bayern.

Sur le papier, tout va bien. Le Barça est deuxième aec deux points d'avance sur Benfica avant la dernière journée et a donc son destin entre ses mains. Mais la situation est bien plus compliquée que cela, et Xavi, nouvel entraîneur du Barça depuis quelques jours, est déjà dos au mur. Pour son premier match de Ligue des champions à la tête du FC Barcelone, le nouvel entraîneur catalan a évité le pire mais n'a pas réussi à trouver la clé contre le Benfica Lisbonne mardi au Camp Nou (0-0).

Le Barça va donc devoir aller chercher sa qualification pour les huitièmes le 8 décembre lors de la dernière journée du groupe E à Munich contre le Bayern qui l'avait corrigé 3-0 à l'aller. En cas de match nul et de victoire de Benfica face au Dynamo Kiev, déjà éliminé, le Barça quitterait la Ligue des champions à la différence de buts.

Malgré l'ampleur du défi, les Catalans n'ont pas été refroidis par les trombes d'eau qui se sont déversées sur la pelouse d'un Camp Nou à moitié vide: les hommes de Xavi ont débuté la partie à fond, et ont multiplié les situations chaudes devant les cages du gardien grec du Benfica, Odysseas Vlachodimos, impérial mardi soir.

Xavi "optimiste"

La désillusion a été immense quand, à la 85e minute, Ronald Araujo s'est vu annuler son but pour une position de hors-jeu, alors que le Barça poussait pour tenter de marquer un but libérateur qui n'est jamais venu.

Mais la déception aurait pu être encore plus immense si Haris Seferovic avait cadré sa frappe immanquable, seul face à Marc-André ter Stegen dans un temps additionnel rythmé par des occasions à foison.

"Je suis optimiste car j'ai l'impression qu'on a mérité de gagner", a réagi Xavi en conférence de presse d'après-match.

"Je vois des choses qui sont très bonnes, très positives. J'ai le sentiment que l'on peut battre n'importe qui. Nous sommes le Barça. C'est juste un problème de réalisme. Maintenant, ce nul, c'est vraiment dommage. L'attitude des joueurs, l'ambiance dans le stade... tout était parfait, mais au final, c'est insuffisant", a-t-il ajouté.

Les Catalans ont malgré tout largement dominé la partie. Auparavant, ils ne se sont fait vraiment peur qu'une seule fois, sur une double grosse alerte, autour de la demi-heure de jeu.

Ter Stegen a alors sauvé les siens d'une énorme parade du genou sur une reprise de la tête de Roman Yaremchuk (34e), et sur le corner suivant, Nicolas Otamendi a cru avoir ouvert la marque... avant que l'arbitre n'invalide son but car le ballon était sorti des limites du terrain durant sa course dans les airs, sur le corner.

Hormis cette frayeur, les Catalans ont multiplié les grosses occasions, sans réussir à marquer.

Nico, Gavi, Demir brillants

Xavi peut toutefois dire merci à ses jeunes talents, qui ont porté l'équipe tout au long du match.

Aux côtés d'un Sergio Busquets toujours irréprochable dans son rôle de capitaine distributeur de jeu, Nico (19 ans) a débuté très fort, gagnant presque tous ses duels et se projetant bien vers l'avant.

Le Camp Nou a ensuite scandé le nom de Gavi (17 ans), après un double grand pont du jeune international espagnol qui a permis d'effacer deux défenseurs (30e).

Yusuf Demir (18 ans) a à son tour harangué le public, après que sa superbe frappe enroulée du gauche s'est écrasée sur la barre transversale (42e).

Ce fut la plus belle occasion de la première période pour le Barça, avec une frappe de Jordi Alba à la 28e détournée par miracle par Vlachodimos... avant le gros raté du jeune international autrichien à la 52e, et la tête de Frenkie de Jong, sur un centre du revenant Ousmane Dembélé, stoppée par le portier belge à la 67e.

Si avec toutes ces pépites, l'avenir à long terme semble radieux pour le Barça, à court terme, la situation se tend déjà pour Xavi, trois semaines seulement après sa nomination. Le Barça risque en effet de ne pas voir les 8es de finales de la Ligue des champions, une première depuis la saison 2003-2004.

PK avec AFP avec AFP