RMC Sport

Coupe du monde tous les deux ans: Riolo juge "Wenger dangereux pour l’avenir du foot"

Daniel Riolo se dresse contre le projet de réforme d’Arsène Wenger, qui prévoit notamment une Coupe du monde tous les deux ans ou l’automatisation des hors-jeux. Des idées auxquelles n’adhérent pas du tout notre consultant.

Arsène Wenger a été mandaté par la Fifa pour "développer le football". Et il n’entend pas faire les choses à moitié. L’ancien coach d’Arsenal, qui travaille pour l’instance internationale depuis novembre 2019, propose plusieurs réformes spectaculaires, à l’image de la Coupe du monde tous les deux ans. En amont des Journées de l’arbitrage, qui auront lieu à partir du 20 octobre et dont il est le parrain, le technicien de 71 ans a également milité pour l’automatisation des hors-jeux.

"Je suis tenu au secret, mais ça sera la prochaine des grandes évolutions de l'arbitrage", a lâché Wenger, en estimant qu’il y avait "de fortes chances pour que le hors-jeu soit automatisé en 2022". Dans la perspective du Mondial au Qatar, qui se déroulera du 21 novembre au 19 décembre.

"L’arbitre de touche n’est pas un chef de gare"

Une évolution contre laquelle s’élève Daniel Riolo. "L’arbitre de touche, ce n’est pas un chef de gare, peste notre consultant. Il n’est pas là simplement pour lever le drapeau. C’est un arbitre. Il est là pour signaler des choses qui peuvent se passer à droite à gauche. Il est là pour participer au jeu. Ce n’est pas juste un mec qui lève le drapeau pour dire s’il y a hors-jeu ou pas. De toute façon, aujourd’hui, ils ne les signalent même plus parce qu’ils savent qu’ils vont être sauvés par le VAR. Il est totalement déresponsabilisé. L’étape supplémentaire, c’est de l’effacer, de l’éliminer pour une machine, dont on ne mesure la fiabilité à 100%. Bon voilà, c’est Arsène Wenger."

Riolo va même plus loin en estimant que Wenger et ses idées représentent une réelle menace pour la pérennité de son sport. "Il a toujours été pro-machine, pro-élite, en faveur de tout ce que je déteste dans le football. Aujourd’hui, c’est pour moi le personnage le plus dangereux pour l’avenir du football", tranche notre consultant.

Wenger "ouvert à toutes les suggestions"

Interrogé par L’Équipe, l’entraîneur alsacien a défendu l’hypothèse d’un Mondial tous les deux ans: "C’est une partie de la réforme que je propose et je consulte le monde entier, résume l’ancien coach d’Arsenal. Ce que je propose, c'est de réduire le nombre de matches de qualifications, de le regrouper et de faire de l'espace pour une compétition internationale à la fin de la saison. Ça permettrait de faire une vraie séparation entre le football de clubs et le football de sélections".

Wenger comprend toutefois l’hostilité rencontrée par son projet, qui pourrait être adopté d’ici la fin de l’année par la Fifa: "Une Coupe du monde tous les deux ans, il y a plus de réticence parce qu'il y a une partie émotionnelle là-dedans. On a tous une routine et le cycle d'une Coupe du monde tous les quatre ans paraît naturel. Mais quand on regarde l'histoire, ce n'est pas si naturel. Je suis ouvert à toutes les suggestions, à toutes les critiques. Elles sont ‘welcome’ pour moi. Je n'en fais pas un combat personnel. La seule chose que je demande à ceux qui critiquent le projet, c'est de m'en donner un meilleur".

https://twitter.com/AlexJaquin Alexandre Jaquin Journaliste RMC Sport