RMC Sport

Argentine-Mexique: Lionel Messi et Tata Martino, les retrouvailles d’un duo au passé tumultueux

Après s’être côtoyés une saison au Barça puis deux ans au sein de l’Albiceleste, Lionel Messi et Gerardo "Tata" Martino vont se retrouver ce samedi (20h) lors d’un Argentine-Mexique sous haute tension à la Coupe du monde. Lorsqu’ils ont travaillé ensemble, La Pulga et le sélectionneur d’El Tri ont vécu une relation délicate.

Sur le papier, la greffe avait tout pour prendre. Lorsqu’il débarque en Catalogne en juillet 2013, sur les terres de Lionel Messi, Gerardo "Tata" Martino, qui va défier l'Albiceleste ce samedi (20h) avec le Mexique au Mondial, vient d’être sacré champion d’Argentine avec les Newell’s Old Boys, le club des débuts de La Pulga. Natif de Rosario comme celui qui est alors quadruple Ballon d’or, le technicien argentin semble avoir le profil idéal pour avoir les faveurs de Messi, dont l’influence au sein du club Blaugrana n’est plus un secret pour personne. Mais il y a la théorie… et la pratique.

>> Coupe du monde: toutes les infos EN DIRECT

Dans les faits, l’aventure commune entre Messi et Martino à Barcelone s’est soldée par l’une des saisons les plus décevantes de l’attaquant argentin sous le maillot catalan. Du moins sur le plan collectif. Cette exercice 2013-2014 a été plus que pénible, avec une défaite en finale de la Coupe du Roi contre le Real Madrid, une élimination dès les quarts de finale de la Ligue des Champions face à l'Atlético Madrid et une deuxième place en championnat.

Le 17 mai 2014, une semaine avant de voir l’éternel rival du Real Madrid soulever sa dixième Ligue des champions, la saison du Barça version Tata Martino aurait cependant pu être sauvée. À l’occasion de la 38e et dernière journée de Liga, le Barça joue une "finale" au Camp Nou contre l’Atlético de Madrid. La donne est alors simple: une victoire suffit aux Barcelonais pour remporter le championnat. Mais les Blaugrana sont tenus en échec (1-1) et laissent filer un sacre qui leur tendait les bras, à l'issue d’une rencontre qui reste comme la dernière apparition de Martino sur le banc du Barça.

"Je sais que si tu appelles le président, il va me virer"

Juste après cette immense déconvenue, le coach argentin annonce sa démission après seulement neuf mois au club et au terme d’une saison sans titre, en dehors du sacre en Supercoupe d’Espagne en août 2013. A l’époque, cette issue n’est finalement que la suite logique d’une saison marquée par des rapports extrêmement compliqués entre Martino et la star de son vestiaire.

Messi et Martino en janvier 2014
Messi et Martino en janvier 2014 © AFP

Tout au long de son expérience sur le banc catalan, Martino, loin d’avoir les faveurs de Messi, se savait sur un siège éjectable. En 2020, dans El Pais, Andoni Zubizarreta a tout résumé en une anecdote. "Quand Martino était au Barça, il a dit à Leo ‘Je sais que si tu appelles le président, il va me virer. Mais bon sang, tu n’as pas besoin de me le montrer tous les jours. Je le sais déjà’”, aurait lâché Martino selon l’ancien dirigeant de l’OM, directeur sportif du Barça à l’époque de la cohabitation entre le coach argentin et Messi.

Retrouvailles en sélection

L’échec est cuisant. Pourtant, l’expérience va être renouvelée quelques mois plus tard, cette fois au sein de la sélection argentine. En août 2014, trois mois après son départ du Barça, Martino est choisi pour prendre la tête de l’Albiceleste, qui vient de s’incliner en finale de la Coupe du monde contre l’Allemagne. Sous son mandat, l’Argentine est battue deux fois en finale de la Copa America, en 2015 et 2016, à chaque fois par le Chili.

Épuisé par la pression et un climat irrespirable en Argentine, Messi annonce alors sa retraite internationale. Sans un changement d’avis de la Pulga quelques mois plus tard, Martino aurait ainsi pu être le dernier coach de Messi en sélection… et indirectement celui qui l’a poussé à prendre ses distances avec l’Albiceleste.

Après s’être côtoyés pendant trois ans, entre 2013 et 2016, les chemins de Messi et de Martino se séparent. Le coach argentin a d’abord pris la route des Etats-Unis, où il a notamment remporté le titre de MLS avec Atlanta en 2018. Il a ensuite rejoint la sélection mexicaine en janvier 2019. Un succès immédiat lors de la Gold Cup 2019 n'a pas suffi à atténuer la pression énorme qui pèse sur ses épaules, comme sur celles de tous les sélectionneurs d'El Tri. Il est ainsi la cible de critiques régulières, notamment de la part de la légende mexicaine Hugo Sanchez, qui lui a reproché plusieurs fois de ne pas être Mexicain et l'a accusé d'avoir accepté ce poste uniquement pour l'argent.

Messi, de son côté, a enfin vaincu le signe indien en sélection en remportant son premier titre avec l’Albiceleste à la Copa 2021, sous les ordres de Lionel Scaloni. Ce samedi, à Lusail (20h), son destin et celui de Martino vont donc à nouveau s’entrechoquer dans un match sous haute tension… et forcément spécial pour Martino. "Je sais où je suis né, a indiqué le sélectionneur du Mexique en conférence de presse vendredi. Mais je dois faire le maximum pour que le Mexique gagne ! C’est comme ça." En cas de succès, il a tout simplement l’opportunité d’éliminer la Pulga et la sélection argentine de ce Mondial. Une sacrée ironie du sort au vu du passé commun entre les deux hommes.

F.Ga