RMC Sport

Coupe du monde 2022: "la politique, c'est terminé" prévient le milieu allemand Gündogan

Après avoir protesté, main devant la bouche lors de la photo officielle face au Japon (1-2), les Allemands n'ont pas récidivé dimanche soir contre l'Espagne (1-1). Auprès de The Athletic après la rencontre, Ilkay Gündogan a expliqué que, selon lui, le temps de la politique était "terminé".

L'entrée en matière des Allemands lors du Mondial 2022 au Qatar n'a pas laissé indifférent. Outre leur défaite surprise face au Japon (1-2), c'est la photo officielle du groupe d'Hansi Flick qui avait beaucoup fait parler : on pouvait y voir les 11 joueurs titulaires la main sur la bouche, en guise de protestation aux menaces de sanctions sportives de la Fifa pour empêcher le port du brassard "One Love".

Sur Twitter, le compte officiel de la Mannschaft détaillait les raisons de ce geste : "Avec notre brassard, nous voulions donner l'exemple des valeurs que nous vivons en équipe nationale : diversité et respect mutuel. Soyez fort avec les autres nations. Il ne s'agit pas d'un message politique : les droits de l'homme ne sont pas négociables. Cela devrait être évident. Malheureusement ce n'est toujours pas le cas. C'est pourquoi ce message est si important pour nous. Nous interdire le brassard, c'est comme interdire de parler. Notre position est maintenue."

"La politique est terminée" : Gundogan invite la Mannschaft à se concentrer sur la qualification pour les 8es

Dès lors, dimanche soir, la nouvelle sortie de la Mannschaft dans le choc du groupe E face à l'Espagne (1-1) était attendue. Pourtant, cette fois, aucune forme de soutien n'a été affichée par les coéquipiers de Manuel Neuer. Après la rencontre, le milieu de terrain de Manchester City Ilkay Gundogan en a exprimé la raison auprès du média britannique The Athletic.

"Nous avions quelques joueurs qui étaient en colère contre la Fifa, car il y avait évidemment des choses prévues par l'équipe (le patron du foot mondial avait menacé de sanctions sportives les nations arborant le brassard One Love et autres messages de solidarité, ndlr). Certains ont voulu montrer quelque chose. On a eu la discussion dans l'équipe et à la fin on a décidé que l'on ferait un geste contre la Fifa. Maintenant, honnêtement, mon point de vue est que la politique est terminée (...) Le pays du Qatar est très fier d'accueillir la Coupe du monde, également en tant que premier pays musulman, et je viens d'une famille musulmane donc la communauté musulmane est fière. Désormais il ne s'agit plus que de football, c'est la chose la plus importante."

Interrogé avant le match contre la Roja sur ces protestations contre le Japon et si elles avaient été une distraction pour l'équipe, le sélectionneur allemand Hansi Flick avait affirmé que "l'objectif principal a toujours été le football pour lui". Nul doute que son opinion n'a pas dû beaucoup varier alors que l'Allemagne va jouer sa qualification en 8es de finale de la compétition jeudi 1er décembre (20 heures) contre le Costa Rica.

CMP