RMC Sport

Coupe du monde 2022: la ville de Paris annonce à son tour un boycott du Mondial

La ville de Paris n'installera pas d'écran géant et ne diffusera pas les matchs du Mondial 2022, disputé du 20 novembre au 18 décembre prochain au Qatar. La capitale française rejoint la fronde menée par plusieurs villes contre la compétition organisée dans le pays du Golfe.

Petit à petit, les grandes villes françaises rejoignent un mouvement de boycott de la Coupe du monde 2022. Après Strasbourg, Bordeaux, Lille ou Marseille, c'est désormais au tour de Paris de dire non.

Selon les éléments révélés par l'AFP ce lundi soir, aucun match du Mondial ne sera diffusé sur écran géant pendant la compétition organisée du 20 novembre au 18 décembre prochain au Qatar.

"Pour nous il n'a pas été question d'installer des zones de diffusion des matchs pour plusieurs raisons: la première c'est les conditions de l'organisation de cette Coupe du monde, tant sur l'aspect environnemental que social, la seconde, c'est la temporalité, le fait que ça ait lieu au mois de décembre", a glissé à l'agence l'adjoint chargé du Sport, Pierre Rabadan, pour qui "ce modèle de grands événements va à l'encontre de ce que [Paris] souhaite organiser".

Les élus écologistes exigeaient un boycott

Malgré la situation du Paris Saint-Germain, propriété du Qatar, la capitale tricolore refuse donc de participer à la promotion de la Coupe du monde 2022 en n'installant aucune fan zone ou aucun écran géant afin de facilliter la retransmission des matchs du tournoi.

Cette non-diffusion des rencontres fera plaisir aux élus écologistes de Paris. Plus tôt ce lundi, le groupe Les Écologistes a appellé au boycott du Mondial de football au Qatar dans l’espace public parisien pour des questions à la fois humaines et environnementales. "Le Groupe Les Écologistes de Paris dénonce l’organisation de la Coupe du Monde de Football au Qatar et demande à la Ville de Paris de ne pas mettre en scène la retransmission de cet événement sportif, organisé dans des conditions contraires aux droits humains et à l’environnement, avaient réclamé les élus écologistes via un communiqué. [...] L’organisation de cette Coupe du monde de football au Qatar est également un scandale environnemental. Alors que le Qatar clame à grand renfort de communication sur la soit-disant 'neutralité carbone' du mondial, en réalité la construction des infrastructures, la climatisation de stades à ciel ouvert, et la mise en place de plus de 160 vols par jour pour transporter les supporters depuis les pays voisins jusqu’au Qatar représentent des désastres écologiques."

Jean-Guy Lebreton avec AFP