RMC Sport

Mondial 2022: des SMS compromettants de Valcke et Al-Khelaïfi révélés par Mediapart

Mediapart révèle ce vendredi des SMS que Jérôme Valcke, ancien numéro deux de la FIFA, et le dirigeant qatari Nasser Al-Khelaïfi auraient échangés en marge d'un comité spécial de l'instance mondiale du football sur l'organisation de la Coupe du monde 2022 au Qatar.

L'enquête visant Jérôme Valcke et Nasser Al-Khelaïfi dans l'affaire de l'attribution de la Coupe du monde de football 2022 au Qatar est terminée, mais Mediapart dévoile ce vendredi de nouveaux éléments à charge. Dans un nouveau volet de son investigation, le site d'informations assure avoir pris connaissance de SMS envoyés par Jérôme Valcke et Nasser Al-Khelaïfi. Ils mettent en évidence l'existence d'une réunion controversée et confirment l'existence d'une montre offerte en cadeau au dirigeant français, à l'époque secrétaire général de la FIFA.

Ces messages auraient tous été échangés dans la journée du 24 février 2015 à Doha, après la tenue d'un comité spécial de la FIFA ayant décidé de déplacer le Mondial 2022 en novembre-décembre pour éviter les fortes chaleurs estivales du Qatar. Cet ajustement de calendrier permettait d'éviter à l'émirat tout risque de retrait d'organisation.

"Merci Nasser pour ton cadeau"

Les premiers SMS révélés montrent que Jérôme Valcke et Nasser Al-Khelaïfi se sont rencontrés juste après ce comité. "Merci Nasser. Si tu as besoin de quoi que ce soit, tu sais que tu peux compter sur moi", aurait écrit le premier au second. "Tu es le meilleur", aurait-il reçu comme réponse. Les deux hommes assurent que leur entrevue était purement amicale et ne peut démontrer une quelconque corruption.

La deuxième salve de messages a lieu dans la soirée, lorsque Jérôme Valcke aurait découvert une montre d'une valeur de 40.000 euros dans sa chambre. "Un cadeau de Nasser", envoie-t-il d'abord à son épouse, selon Mediapart. "Merci Nasser pour ton cadeau. Elle est belle", aurait-il ensuite écrit au Qatari qui, durant l'enquête, niera avoir effectué cet achat.

Accord à l'amiable avec la FIFA

En dépit de ces éléments, mais à la faveur d'un accord à l'amiable conclu avec la FIFA, Nasser Al-Khelaïfi a vu la justice suisse abandonner les charges pour corruption qui pesaient sur lui. En février dernier, le Ministère public de la confédération lui reproche simplement "l'instigation à la gestion déloyale". Le président du Paris Saint-Germain et du groupe de télévision chapeautant la chaîne beIN Sports sera jugé au cours d'un procès programmé du 14 au 25 septembre. 

Jérôme Valcke a été inculpé dans le même dossier pour "corruption passive, gestion déloyale multiple et qualifiée et faux dans les titres". Un troisième prévenu, un homme d'affaires actif dans le domaine des droits sportifs, et dont le nom n'a pas été dévoilé, est également poursuivi pour instigation à la gestion déloyale et corruption active.

Julien Absalon