RMC Sport

Bleus: Deschamps explique pourquoi il a changé de système lors du Mondial

Invité exceptionnel d’Ici c’est Willy et de Breaking Sport, à qui il a accordé un entretien exclusif, Didier Deschamps a expliqué notamment pourquoi il avait changé de système de jeu en pleine Coupe du monde, après la victoire poussive d’entrée contre l’Australie (1-1). Une décision motivée par les joueurs… eux-mêmes.

Les Bleus ont beau eu remporté leur premier match de la Coupe du monde en Russie, ce n’est qu’à partir de leur deuxième sortie, face au Pérou, qu’ils ont montré un visage maîtrisé, à défaut d’être convaincants. Ce qui n’est pas un hasard. Déjà amorcé contre l’Australie (2-1), l’équipe de France a connu un changement entre les deux rencontres. Changement de jeu, de système, précisément, avec la réintégration définitive d’Olivier Giroud en pointe aux côtés d’Antoine Griezmann en attaque et un passage au 4-4-2. Un changement né d’un coup de semonce de la part du sélectionneur, Didier Deschamps, après le succès étriqué contre les Socceroos.

"Ce n’était pas une colère, a tempéré le technicien français, ce vendredi soir, lors d’un entretien exclusif accordé à Ici c’est Willy et Breaking Sport. Mais une analyse à froid. Avec les nouvelles technologies, il y a les chiffres. On a tout de A à Z. Là, c’était plutôt un débriefing collectif avec certains qui sont plus montrés du doigt que d’autres. L’image vient renforcer cette analyse. Quand on est sur le terrain, on a la sensation de mais on ne se rend pas forcément compte des choses. Cette analyse, elle a été importante. Car si on continuait sur ce chemin, on n’y était pas."

"C'est cette équipe qui va au bout"

Alors, quitte à être moins flamboyant dans le jeu, les Bleus ont préféré passer à un schéma de jeu plus sécurisant. Plus solide. Pas moins électrique pour les nerfs de Deschamps, qui a fait ce choix en concertation avec son groupe… et sur la motivation de ce dernier. "J’avais déjà parlé avec eux après le match à Lyon (contre les Etats-Unis, 1-1). Ils étaient un peu inquiets, ils ne ressentaient pas de force collective, ils voyaient moins de solidité. On était trop sur l’action individuelle. Même par la suite, sur certains matches, notamment la demie, à mon sentiment on a trop subi.

Mais quand tu as les joueurs sur le terrain qui se sentent forts dans ce système et veulent rester là-dedans… Et ce n’est pas les défenseurs qui te demandent ça, ce sont les attaquants ! Il y a eu des discussions. J’ai été alerté par rapport à ça … et comme je n’avais pas vu ce que je voulais voir, et comme j’avais des joueurs et des repères sur ce système-là… J’avais construit cette liste avec des joueurs pour pouvoir évoluer avec les deux schémas, et c’est cette équipe qui va au bout de la compétition."

RMC Sport