RMC Sport

Bleus : Deschamps pas pressé pour un plan B

Didier Deschamps

Didier Deschamps - AFP

Questionné à plusieurs reprises sur l’éventualité d’un plan de rechange en vue de l’Euro 2016 face aux absences de Karim Benzema et de Mathieu Valbuena, Didier Deschamps a rejeté l’idée en bloc. Le sélectionneur, qui se dit serein, ne ressent aucun sentiment d’urgence par rapport à la situation.

Une semaine s’est écoulée, mais Didier Deschamps n’a pas changé sa position d’un iota. Une fois de plus, le sélectionneur de l’équipe de France n’a pas voulu évoquer l’affaire Benzema-Valbuena ce jeudi, à la veille du match contre l’Allemagne. Il n’a pas été beaucoup plus bavard, non plus, au moment d’évoquer leurs remplacements en Bleu.

« En Allemagne aussi, il y a quelques absents, a rappelé « DD » en conférence de presse. J’aurai une réponse sur les choix que je suis amené à faire individuellement et collectivement et surtout par rapport à l’adversaire. Après, il faut arriver dans l’analyse à ce qu’elle soit le plus juste possible. Là, on sait qu’on aura en face un adversaire de haut niveau. Donc forcément, on sera dans la difficulté, mais c’est le but aussi à travers ce type de match. »

« J’aurai des réponses pour les joueurs qui sont là »

En difficulté peut-être aussi dans l’animation offensive, sans Mathieu Valbuena ni Karim Benzema. Mais il ne fallait pas compter, là non plus, sur un épanchement du sélectionneur sur un éventuel plan de rechange. Surtout que l’intéressé n’est pas du tout affolé à l’idée d’en dresser un. « Est-ce que le plan B va devenir le plan A ? Je ne suis pas dans l’urgence, a affirmé le technicien tricolore. Un souci supplémentaire ? Non, non. J’ai pris 23 joueurs, j’aurai des réponses pour les joueurs qui sont là, pour le futur aussi, avec une analyse par rapport à ce qu’on fera de bien ou moins bien. Je n’ai pas d’inquiétude ou de soucis supplémentaires. Mais des réflexions, comme j’en ai toujours. »

« Il n’y a pas d’urgence, a encore insisté Deschamps. Je vais faire des choix, donc il y aura une attaque constituée par les joueurs sélectionnés aujourd’hui. Mais il n’y a pas d’urgence. On joue l’Allemagne et l’Angleterre. Avec tout le respect que j’ai pour les nations qu’on a jouées précédemment, ce n’est pas le même rapport de force. J’en tiendrai compte dans mon analyse.»