RMC Sport

Coupe du monde: Deschamps raconte sa version de l'épisode de l'extincteur avec Rami

Dans les colonnes de La Provence vendredi, Didier Deschamps a raconté sa propre version de l’incident de l’extincteur vidé par Adil Rami dans l’hôtel d’Istra, le camp de base des Bleus durant la Coupe du monde. Si l’histoire est toujours aussi croustillante, le sélectionneur y a apporté quelques corrections par rapport à celle contée par le défenseur de l’OM.

A moins de s’être bouché les oreilles depuis dimanche, il est impossible d’avoir échappé à l’incident de l’extincteur provoqué par Adil Rami en pleine Coupe du monde à l’hôtel des Bleus d’Istra. Un objet vidé par le Marseillais qui avait provoqué l’évacuation totale de l’établissement en pleine nuit. Après la version savoureuse d’Adil Rami, voici celle livrée par Didier Deschamps.

"J'étais parti pour remonter des bretelles"

"Les joueurs n'étaient pas en virée nocturne, ils étaient juste partis manger ensemble comme ils l'ont fait certaines fois, explique le sélectionneur à La Provence. Ils sont rentrés à l'heure prévue. Il s'est passé ce qui s'est passé, ça a réveillé tout le monde. Je vais corriger certaines choses : je n'étais pas en pyjama ! Je n'en mets jamais... Je me suis habillé, mis des baskets et un survêtement. J'étais au téléphone pour savoir ce qui se passait. Je ne vous cache pas que j'étais parti pour remonter des bretelles. Ils étaient à une centaine de mètres et je les ai entendus dire : "On est tous ensemble, c'est personne, c'est les 23 !" Je me suis mis à marcher et me suis demandé si ça m'était déjà arrivé d'être une telle situation quand j'étais joueur. Je suis arrivé, je les ai regardés et je n'ai rien dit. Voilà."

"L'exclure ? Je n'y ai jamais pensé"

Le Basque a aussi réagi à la peur d'Adil Rami d’être exclu du groupe. "Il m'a dit ça après, mais je n'y ai jamais pensé. Le lendemain, il m'a dit que c'était lui. 'Je sais que c'est toi, ne t'inquiète pas', lui ai-je répondu. Il m'a dit qu'il voulait s'excuser. Je ne lui demandais rien. Il a pensé que c'était bien. Il l'a fait et je lui ai fait une plaisanterie que je ne peux pas vous raconter et qui a fait rire tout le monde. Ça s'est refermé là-dessus."