RMC Sport

Deschamps « n’oubliera pas » les propos de Cantona et Benzema

-

- - -

En marge de sa conférence de presse de rentrée, où il a dévoilé la liste des 23 Bleus pour les matches contre l’Italie (amical, le 1er septembre) et la Biélorussie (éliminatoires Mondial 2018, le 6 septembre), Didier Deschamps s’est longuement confié à l’Equipe, revenant notamment sur les attaques dont il avait fait l’objet de la part d’Eric Cantona et de Karim Benzema. Des sorties que le sélectionneur n’a toujours pas digérées.

La défaite contre le Portugal, en finale de l’Euro le 10 juillet dernier, il l’a déjà mise de côté. Didier Deschamps a tourné la page, comme il l’a confié lors d’un long entretien accordé au quotidien l’Equipe, en marge de l’annonce de sa liste, jeudi, pour le match amical en Italie (1er septembre) et la réception de la Biélorussie (6 septembre) dans le cadre des éliminatoires du Mondial 2018. 

A lire aussi - Deschamps : "pas le moment pour Benzema"

« Cette défaite est cruelle, mais il faut digéré » a notamment affirmé le sélectionneur tricolore, pas du tout lassé au moment d’entamer sa cinquième saison sur le banc des Bleus - « Je suis heureux et fier d’être sélectionneur » et surtout très heureux de la passion qu’a retrouvé le public français pour son équipe. « Depuis la fin de l’Euro, les gens que je croise ne me parlent pas de la finale perdue mais des émotions et du plaisir qu’ils ont ressenties. Ça n’a pas été simple mais cette équipe a tout fait pour être aimée. »

« Ce qui a été dit est inacceptable »

Ce que « DD » n’a toujours pas digéré en revanche, ce sont les attaques lancées à son encontre juste avant l’Euro par Eric Cantona et Karim Benzema, qu’il avait finalement décidé, en accord avec la Fédération Française de football, de ne pas sélectionner pour l’Euro. Une décision que le buteur du Real Madrid avait critiquée, en affirmant que Deschamps « avait cédé à une partie raciste de la France ».

A lire aussi : l'âge d'Evra, les retours de Fekir et Lacazette : ce qu'il faut retenir de la liste de Deschamps

Cantona, lui, était allé plus loin en accusant le sélectionneur de racisme à l’encontre de Benzema mais aussi d’Hatem Ben Arfa, également non retenu parmi les 23 participants à l’Euro. « Les attaques, je n’oublierai jamais. Je suis prêt à prendre des coups de partout. Mais personne n’a le droit de toucher à ma famille. Je n’oublierai pas. Après, je sais pourquoi je suis là, je vais de l’avant mais ce qui a été dit est inacceptable. » De quoi remettre en cause un éventuel retour en Bleu de Karim Benzema ? Jeudi en conférence de presse, Deschamps avait affirmé que les propos du Madrilène étaient hors-sujet et que ce n’était pas le moment pour le rappeler en sélection.

dossier :

Karim Benzema