RMC Sport

Équipe de France: après Deschamps, Le Graët veut Zidane à la tête des Bleus

L’actuel président de la Fédération française de football Nöel Le Graët, qui remet sa place en jeu cette année à l’occasion des élections présidentielles, verrait bien Zinedine Zidane succéder à Didier Deschamps à la tête de l’équipe de France de football.

Noël Le Graët a en tête le successeur de Didier Deschamps, l'actuel sélectionneur, qu'il espère voir prolonger au-delà de son contrat qui court jusqu’en 2022 et la Coupe du monde au Qatar. Le président sortant de la Fédération française de football sait à qui il pourrait donner les clés du camion s’il est réélu prochainement à la tête de la fédération sportive la plus puissante en France. "On a de très bons rapports avec Zidane, a confié Le Graët dans un entretien accordé à RTL qui sera diffusé samedi soir dans l’émission On refait le match. A titre personnel, au moins. Si Didier arrêtait, si j’étais encore en place, la première personne que je verrais, c’est Zidane."

Boucler la boucle

Le président de la Fédération française de football s’était déjà exprimé en ce sens cette année, expliquant au micro de Canal+ le mois dernier que la candidature de Zinedine Zidane irait dans "le sens de l’histoire". "Le jour où Didier partira, il décidera de partir ou ne sera pas renouvelé, si Zidane est disponible, à ce moment-là, il sera l'homme de la situation". Didier Deschamps avait lui-même désigné son ancien coéquipier en équipe de France comme son potentiel successeur en tant que patron des Bleus. " À partir du moment où il a décidé d’être entraineur et qu’il est entraineur en club, qu’il puisse boucler la boucle… ", expliquait-il au micro d'Apolline de Malherbe, dans une entretien en longueur accordé à BFMTV.

Appuyé par Le Graët et Deschamps, fort de son expérience acquise au Real Madrid et du solide palmarès qu’il s’est construit (trois Ligues des champions et une Liga, entre autres), mais également au vu de son prestigieux passé en sélection, Zinedine Zidane apparaît aujourd’hui comme le candidat le plus crédible pour endosser le costume de sélectionneur de l’équipe de France dans les années qui viennent. En juillet 2012, après l’élimination des Bleus en quart de finale de l’Euro, Zinedine Zidane avait déjà essayé de convaincre Le Graët de lui offrir sa première expérience. Une candidature rejetée alors par le président de la 3F, lequel avait estimé que "c’était trop tôt". Dix ans après s'être fait écarter, Zidane n'a jamais semblé si proche de réaliser son rêve.

https://twitter.com/qmigliarini Quentin Migliarini Journaliste RMC Sport