RMC Sport

Real Madrid: rupture totale entre Zidane et Isco

Malgré l'hécatombe de joueurs absents, Isco a dû se contenter de miettes lors de la victoire du Real Madrid face à Getafe (2-0), mardi. Pour la presse espagnole, le divorce entre le milieu de terrain et Zinédine Zidane, son entraîneur.

Zinédine Zidane n'avait que 13 joueurs de l'effectif professionnel à sa disposition pour la réception de Getafe, mardi. Et cela s'est bien passé puisque les Merengue se sont imposés (2-0) grâce aux buts de ses Français Karim Benzema et Ferland Mendy. Un soulagement pour l'entraîneur français qui a pu compter sur ses cadres encore disponibles et quelques jeunes. Mais pas sur Isco. Le milieu de terrain espagnol était bien disponible pour ce match. Malgré l'hécatombe, il a dû se contenter d'une place sur le banc des remplaçants au coup d'envoi de la rencontre avant de jouer le dernier quart d'heure d'une rencontre déjà pliée en remplaçant Marco Asensio (76e).

Avec la suspension de Kroos et l'absence de Valverde, il postulait légitimement à une place dans l'entrejeu où Modric et Casemiro étaient les seuls milieux de métier sur le pont. Mais Zidane a préféré aligner un 3-4-3 inédit, offrant au jeune Marvin Park sa premire titularisation. Isco a même été devancé par un autre jeune du Castilla, Sergio Arribas, pour le premier changement.

Zinedine Zidane et Isco de dos
Zinedine Zidane et Isco de dos © ICON Sport

Un nouveau camouflet pour l'ancien joueur de Malaga. Pour As, le "divorce est total" enre Zidane et le joueur. Ce dernier était bien diminué par une gêne au dos mais son absence du onze de départ est considérée comme "un coup de plus" dans sa relation déjà chaotique avec le technicien français. Depuis le début de saison, le joueur de 28 ans a été titularisé à seulement quatre reprises toutes compétitions confondues. Il s'est contenté de bout de matchs ou de rencontres entières sur le banc.

En fin de contrat en 2022, il espérait quitter le club cet hiver mais Martin Odegaard (Arsenal) et Luka Jovic (Francfort) lui ont grillé la priorité. Avec un effectif limité en quantité, le Real, inactif sur le marché des transferts depuis un an et demi, lui a donc fermé la porte.

Isco devra donc patienter jusqu'à l'été prochain pour qu'elle s'ouvre. A l'issue de la rencontre, Zidane a tenté d'éteindre le début d'incendie en soulignant l'état de forme fragile de son joueur. "Il ne pouvait pas trop jouer, il n'avait qu'un entraînement dans les jambes", a expliqué le Français.

Le 26 octobre dernier, Isco avait été surpris par les caméras en train d'ironiser avec ses coéquipiers sur son utilisation, juste avant le Clasico face au Barça. "S'il (Zidane) doit me remplacer, il me fait sortir à la 50e ou 60e minute du match, parfois à la mi-temps, avait-il glissé. S'il doit me faire entrer, il le fait à la 80e minute."

Zidane ne s'en était pas offusqué. "C'est de l'ambition, avait-il répondu. Il veut jouer, comme tous les joueurs, et c'est positif. Les joueurs veulent toujours jouer et cela ne dépend pas d'eux. Ce qu'ils doivent faire, c'est travailler pour être prêts. Ensuite, je prends des décisions pour faire le onze et être en mesure de le modifier ensuite. Et ça ne changera pas." Selon les calculs du quotidien As, Isco a seulement participé à 12% des minutes possibles des 23 rencontres suivant ses déclarations.

Nicolas Couet Rédacteur