RMC Sport

Équipe de France: Giroud-Mbappé, une relation technique qui interroge

Difficilement trouvé par ses partenaires malgré ses deux buts contre la Bulgarie (3-0), Olivier Giroud a peu échangé avec Kylian Mbappé. Une constante en équipe de France.

La retour de Benzema s’est déroulé sans accroc après cinq ans et demi d’absence, les tests anti-covid n’ont pas réservé de mauvaises surprises à l’équipe de France, les deux matches de préparation ont été des formalités, avec du jeu et aucun but encaissé. Bref, tout allait pour le mieux, et rien ne semblait pouvoir perturber les Bleus avant l’Euro (11 juin - 11 juillet). On peut le dire, le ciel était même sacrément dégagé.

Mais il s’est légèrement obscurci mardi soir, malgré la nette victoire contre la Bulgarie (3-0), au Stade de France et le doublé de l’éternel Olivier Giroud, qui a rejoué le coup de la résurrection. Barré par la nouvelle concurrence de Karim Benzema et son faible temps de jeu en club, l’attaquant de Chelsea a profité de la blessure du Madrilène pour se refaire une santé avec un doublé sorti de nulle part en fin de match.

>> Euro: les infos en direct

Deux passes décisives en quatre ans

Très discret lors de son entrée sur le terrain, moins à l'aise dans le jeu que Benzema, Giroud a même disparu peu à peu, n'arrivant pas à être servi par ses partenaires. Un aspect de son jeu qui ternit un peu son bilan de la soirée, même si l'attaquant n’a pas apprécié qu’une question souligne ce point après la rencontre. Giroud a donc répondu avec le visage fermé: "Discret parce que des fois on fait des courses, mais les ballons n’arrivent pas, a-t-il asséné. Après, je ne prétends pas toujours faire les bons appels mais je me suis évertué à donner des solutions dans la surface."

Sans le nommer, Olivier Giroud a sans doute fait allusion à Kylian Mbappé, beaucoup plus généreux en première période dans sa relation technique avec ses partenaires sur le front de l’attaque. Entre lui et Giroud, la complicité sur le terrain n’a jamais été évidente, l'entente est moins naturelle. En quatre ans, Mbappé n’a d’ailleurs délivré que deux passes décisives à Giroud. Là où tout est déjà très fluide entre l’attaquant parisien et Karim Benzema, Mbappé a, à l’évidence, plus de difficultés à combiner avec Olivier Giroud.

Quatre passes ont été échangées entre Mbappé et Benzema en 39 minutes de jeu, et seulement deux entre Giroud et Mbappé en 45 minutes. "Vous dites qu’on ne m’a pas beaucoup vu au début. Mais peut-être qu’on aurait pu mieux se trouver, a d’ailleurs ajouté Olivier Giroud, tout en affichant un sourire qui ne trompe pas sur la portée de ses mots, soigneusement choisis. Voilà, mais je suis très heureux d’avoir pu aider l’équipe. Il n’y a aucune amertume, ne vous inquiétez pas."

Deschamps joue au pompier

En revanche, Olivier Giroud n’a pas franchement hésité à dire à quel point il est "facile de jouer avec Wissam (Ben Yedder)", passeur décisif sur la dernière de ses deux réalisations. Les déclarations ne sont peut-être pas anodines, et l’affaire a été considérée de la plus haute haute importance par Didier Deschamps, le sélectionneur, garant de la cohésion du groupe. Averti des propos tenus par son joueur au micro de la chaîne L’Equipe, Deschamps s’est invité en direct sur la chaîne pour éteindre le petit feu naissant.

"Si les ballons arrivaient à chaque fois sur les appels... C’est toujours pareil… L’attaquant dit je fais, mais ça vient des milieux, les milieux ils vont dire que c’est les attaquants. Il le dit, ça peut arriver. C’est peut-être la vérité certaines fois. Dans certaines situations, c’est la passe qui ne vient pas, d’autres fois c’est le mouvement. Ce n’est pas stigmatiser Kylian ou qui que ce soit", a estimé le sélectionneur.

Interrogé sur la relation technique entre Kylian Mbappé et les deux attaquants de pointe des Bleus, Benzema et Giroud, Deschamps a souligné la différence de profil. "Kylian, je lui ai parlé à la mi-temps. Il le sait très bien, Olivier n’a pas le même profil que Karim. Il a une position plus axiale de pivot, alors qu’en première période, les trois pouvaient permuter pour se trouver dans n’importe quelle zone. Olivier n’a pas le même profil. Ils ont des choix à faire, il ne faut pas toujours les interpréter. S’ils font une action individuelle au lieu de faire la passe, c’est à eux de choisir, quand ce n’est pas le jeu qui leur impose."

QM