RMC Sport

Euro: pourquoi les Bleus sont favoris

D’un avis presque unanime, l’équipe de France, championne du monde en titre, fait figure de grande favorite pour la victoire finale à l'Euro, qui débute ce vendredi soir à Rome avec Turquie-Italie. Avant l’entrée en lice des joueurs de Didier Deschamps face à l’Allemagne mardi, voici pourquoi les Bleus peuvent rêver à un troisième sacre européen, le 11 juillet à Wembley.

Les Bleus sont champions du monde

Un statut qu’ils ont pleinement assumé. Depuis le sacre mondial conquis en 2018 en Russie, les joueurs de Didier Deschamps n’ont perdu que trois fois en 36 matchs (face aux Pays-Bas, à la Turquie et à la Finlande). Le groupe qui était relativement jeune au Mondial russe a peu changé et a désormais trois ans de plus d’expérience. Les Bleus pourront aussi s’appuyer sur leurs cadres pour ne pas s’enflammer. "Les matchs, ça ne se gagne pas sur le papier, mais sur le terrain, rappelle le capitaine Hugo Lloris. Est-ce que l’équipe de France est la meilleure équipe du monde ? Il y a ce statut de champion du monde mais il y a de très grandes nations, d’autres favoris également. Au très haut niveau, si on ne fait pas preuve d’humilité, on peut le payer très cher."

Le retour en grâce de Benzema

On en rêvait, Didier l’a fait. Alors qu’on n’y croyait plus, Didier Deschamps a rappelé, à la surprise générale, Karim Benzema après plus de cinq ans de mise à l’écart de la sélection. A 33 ans, l’avant-centre est au sommet de son art. Il sort de la saison la plus aboutie de sa carrière avec le Real Madrid, un club qu’il porte sur ses épaules depuis le départ de Cristiano Ronaldo. Avec Mbappé et Griezmann, il forme le trio d’attaque le plus craint du Vieux Continent. Reste maintenant à le montrer sur le terrain car l’addition de stars n’a jamais été une garantie absolue de succès dans le football. Et si on attend tous que le joueur aux 83 sélections explose son compteur, bloqué à 27 buts, il doit aussi composer avec une béquille qui a écourté le dernier match de préparation mardi contre la Bulgarie (3-0).

Une armada offensive impressionnante

Jamais les Bleus n’ont possédé autant d’atouts offensifs. "C'est du jamais vu", s’exclame carrément Michel Platini qui en a pourtant vu d’autres. Outre le trio Mbappé-Benzema-Griezmann, Didier Deschamps pourra s’appuyer durant l’Euro sur Coman, Dembélé, Ben Yedder, Giroud et Thuram. Du très lourd et un banc de rêve qui offre tous les profils aux sélectionneurs. Avec les Bleus, le danger vient de partout en attaque. Mardi, Benzema out, Olivier Giroud en a profité pour inscrire ses 45e et 46e buts en sélection. Dommage que ce doublé ait été un peu terni par la chamaillerie entre le joueur de Chelsea et Kylian Mbappé. Mais la concurrence s'annonce rude et les places très chères.

Ils sont craints par leurs adversaires

Favorite des bookmakeurs, l’équipe de France l’est aussi pour grand nombre de ses concurrents, à commencer par le premier, l’Allemagne. "Nous connaissons très bien la France, c'est l'équipe au monde qui s'adapte le mieux à son adversaire, observe le sélectionne de la Mannschaft Joachim Löw. Nous savons comment ils jouent et pourtant il est presque impossible de les discerner, car ils sont extrêmement flexibles. Cela vient de l'incroyable classe individuelle de ses joueurs. Ils sont extrêmement forts et très difficilement prévisibles." Pour José Mourinho, "la France pourrait faire une équipe A, une équipe B et une équipe C". Le Portugais met aussi la pression en affirmant que tout autre résultat qu’une victoire à l’Euro sera un échec pour les Bleus. Du vestiaire de la Juve, Adrien Rabiot a rapporté des paroles également très élogieuses de Cristiano Ronaldo, 3e adversaire des Bleus: "Il m'a dit qu'on avait une équipe très forte, très solide. Cela parlait beaucoup de l’équipe de France au sein de la Juventus. Mais il m’a aussi dit qu'il fallait faire attention à eux aussi. C’est un rendez-vous qu’il attend avec impatience". La peur peut vite changer de camp…

Avec le Mondial 2002, ils sont avertis

Etre favorite, la France l’a déjà été dans son histoire. Après avoir réalisé le doublé Coupe du monde 1998-Euro 2000, la génération Zidane s’est présentée avec ce costume lors de la Coupe du monde 2002 organisée en Corée du Sud et au Japon. En Asie, les joueurs de Roger Lemerre avaient dans leur rang les meilleurs buteurs de Ligue 1 (Cissé), Serie A (Trezeguet) et Premier League (Henry), et le tout frais champion d’Europe avec le Real Madrid Zinédine Zidane. Sauf que le Ballon d’Or s’est blessé au dernier match amical et que les Bleus, cuits et suffisants, ont été éliminés dès le premier tour sans marquer un seul but. Deschamps, qui n’était pas de cette aventure, ne l’a jamais oublié. "Si vous pensez 'Nous sommes ici, nous sommes gagnant', non, confiait-il au Guardian. La France a été la grande favorite, a eu les meilleurs buteurs des ligues majeures de l'équipe et n'a marqué aucun but ! Le football n'est pas une science exacte. Cela montre à quel point il est incroyablement difficile de maintenir le plus haut niveau."

ABr