RMC Sport

France-Suisse: Deschamps explique les tensions avec Pogba et Coman

Avant le cruel dénouement aux tirs au but, la fin du 8e de finale de l’Euro 2021 entre la France et la Suisse a été marquée notamment par des tensions sur le terrain, avec Paul Pogba puis Kingsley Coman.

Nervosité, tension, fébrilité… Les Bleus n’avaient pas habitué leurs supporters à trembler et craquer sous la pression. Mais sur la pelouse de Bucarest, face à la Suisse, ce lundi soir en 8e de finale de l’Euro 2021, ça ne tournait pas rond. Après les longues discussions sur le schéma tactique à la demi-heure de jeu, avec le passage du 3-4-3 au 4-3-1-2 vu les failles dans la défense tricolore, ce sont d’autres moments qui ont interpellé en fin de match.

Auteur d’un but exceptionnel à la 75e minute, avec une frappe en pleine lucarne, Paul Pogba a d’abord pris le temps de célébrer. Un peu trop, à en juger par certains commentaires a posteriori… Quinze minutes plus tard, à la 90e, le Français perd le ballon au milieu de terrain. Les Suisses en profitent, s’engouffrent dans les trous béants de la défense des Bleus. Et Mario Gavranovic arrache l’égalisation (3-3) et la prolongation.

A la perte de balle de Paul Pogba, Adrien Rabiot lève les bras. Puis il continue de s’agacer quand les filets tremblent. La discussion entre le Mancunien et le Turinois est ensuite musclée, sur le terrain. Et pendant plusieurs minutes, Paul Pogba reste très énervé. Didier Deschamps doit intervenir pour faire baisser la tension, avant le début de la prolongation. "C’est un compétiteur et le scénario ne lui plaisait pas du tout, explique le sélectionneur des Bleus à propos de Paul Pogba. Il fallait le calmer un peu. C’est un leader, il amène les autres. Quand on mène 3-1 et qu’on n’a l’habitude de ça, comme lui depuis qu’il est en équipe de France… Malgré tout, il fallait garder son calme parce qu’il y avait une prolongation à jouer."

Coman voulait "continuer" malgré un problème musculaire

Pendant la prolongation, un autre fait de jeu provoque une hausse de tension. Kingsley Coman se tient la cuisse, après une frappe dans le petit filet. Blessé, le Munichois ? Le médecin de l’équipe de France se précipite pour l’aider. Marcus Thuram, qui était annoncé forfait la veille, part s’échauffer. Mais Kingsley Coman force et reste sur le terrain, malgré les discussions avec le staff médical et Didier Deschamps. Marcus Thuram enlève à trois reprises sa chasuble pour le remplacer, mais à chaque fois le changement est repoussé. Finalement, à la 111e minute, Kingsley Coman cède sa place.

Un exemple d’un manque d’autorité du staff des Bleus ? "C’est un joueur qui a ressenti un problème musculaire, à la cuisse, explique Didier Deschamps. Il veut continuer, malgré tout. En sachant que ça va être difficile. Ce n’est pas tout de vouloir continuer, il faut être en capacité. Malheureusement, même s’il avait cette volonté, il s’est rendu compte deux minutes après que ce n’était pas possible. Si c’est sur une cheville ou une articulation, à chaud, ça va. Mais sur un truc musculaire… A partir du moment où il veut, où il y tient, je l’ai poussé jusqu’au bout pour savoir s’il pouvait le faire. Malheureusement, ça n’a pas été le cas." Un peu plus tard, après la cuisse de Kingsley Coman, c’est le statut de favori des Bleus qui craquait. Déjà fini, cet Euro.

LP avec LT