RMC Sport

Islande-France: Les raisons du retour en grâce de Steve Mandanda

Steve Mandanda débutera la rencontre face à l’Islande ce vendredi (20h45) lors des qualifications de l’Euro 2020. Après une saison 2018-19 décevante, le gardien de 34 ans a profité de la grosse blessure d’Hugo Lloris et surtout de ses belles performances à l’OM pour convaincre Didier Deschamps de lui faire confiance.

Yohann Pelé a dû se faire une raison, sauf blessure, il restera la doublure de Steve Mandanda à Marseille. "L’Albatros" Pelé a beau se débattre, il ne peut rien face aux envolées du phénix, impeccable depuis le début de saison dans les buts de l’OM. Des performances telles que le gardien de 34 ans gardera même les buts de l’équipe de France ce vendredi lors du déplacement périlleux des Bleus en Islande lors des éliminatoires de l’Euro 2020.

Plus jamais aligné par Didier Deschamps depuis le match des poules de la Coupe du monde face au Danemark, Steve Mandanda connait un véritable retour en grâce depuis quelques mois et pourrait bien le confirmer ce vendredi (dès 20h45) face aux coéquipiers de Kolbeinn Sigthorsson et Gylfi Sigurdsson.

Fini le coup de blues

Tout sourire à l’entraînement des Bleus, Steve Mandanda semble également plus heureux cette saison à l’Olympique de Marseille. Au contraire de la campagne précédente où l’ancien Havrais ne parvenait plus à masquer ses difficultés sur le terrain ni une certaine forme de lassitude. "A un certain moment, quand on joue à Marseille douze ou treize ans, on a le droit d’avoir à un certain moment un passage à vide parce que dans un club comme celui-là, mentalement c’est très difficile", l’a défendu Nicolas Dehon, son ancien préparateur à l’OM, au micro de RMC Sport. 

Mais, justement, la principale force de Steve Mandanda reste peut-être de n’avoir jamais levé le pied. A force de travail et fort de ses années d’expérience au plus haut-niveau, le gardien de 34 ans a su redresser la barre. "C’est déjà se remettre bien psychologiquement, a encore affirmé son ancien entraîneur, désormais en poste à Amiens. Je pense qu’il a retrouvé une fraîcheur physique et une fraîcheur mentale ce qui lui permet actuellement de faire le travail."

Autre bonne nouvelle pour lui, il n’a jamais perdu le soutien de ses entraîneurs. Nouveau venu à l’OM, André Villas-Boas lui déjà confié le brassard de capitaine. "Steve il a toute la confiance. A chaque match il fait des arrêts qui sont incroyables et c’est bon pour nous, s’est enthousiasmé le technicien portugais fin septembre. Il a finalement retrouvé son niveau alors c’est bon pour l’équipe."

Un constat partagé par Didier Deschamps, visiblement rassuré par l’état d’esprit affiché par l’un des cadres de l’équipe de France pour le voyage en Islande. "Steve est très bien dans sa tête, s’est félicité le sélectionneur des Bleus cette semaine. Il a retrouvé de la fraîcheur dans sa tête. On lui donne des responsabilités, il a retrouvé le brassard avec son club parce que c’est un vrai leader comme il l’est avec nous. Il a un vécu important avec l’équipe de France, il connait bien ce groupe là avec sa tranquillité et sa sérénité. Il a confiance en lui."

Une condition physique enfin retrouvée

Après avoir retrouvé sa fraîcheur mentale et une bonne dose de confiance, Steve Mandanda a travaillé d’arrache-pied pour parfaire sa condition physique. Moqué la saison passée en raison de ses kilos en trop et de ses envolées ratées, le portier a redoublé d’efforts pour revenir au top. Et cela tombe bien puisque Didier Deschamps lui avait expliqué lors d’une franche discussion qu’un gardien de son niveau se devait d’abord d’être affûté physiquement. Entré très tôt dans sa préparation d’avant saison cet été, il a aussi effectué une cure d’amaigrissement à Merano, en italie, pour éliminer les rondeurs superflues et retrouvé l’agilité du vrai "Fenomeno". 

Bien dans sa tête et bien dans son corps, Steve Mandanda multiplie les parades et porte l’OM. Si Marseille a réussi à enchaîner sept rencontres de Ligue 1 sans s’incliner entre la mi-août et le revers à Amiens début octobre, c’est aussi grâce à son taulier dans les buts. C’est simple, aucun gardien n’a réalisé plus d’arrêts que lui après neuf journées de championnat. "C’est lié à beaucoup de travail, beaucoup de détermination, un caractère exceptionnel qui ne lâche jamais rien, qui est donc fidèle à la façon dont on doit réagir, se remettre en question parfois quand on est joueur de l’Olympique de Marseille, s’est enflammé Jacques-Henri Eyraud, président de l'OM, pour RMC Sport. C’est ce qu’il a fait et bravo à lui pour avoir su négocier ce virage et d’être là où il est. Mais il a encore beaucoup de choses à nous montrer."

Lloris, la blessure qui a tout changé

Malgré son excellent début de saison à l’OM et une confiance au sommet, il a fallu attendre un dernier élément pour voir Steve Mandanda effectuer son retour chez les Bleus pour les matchs contre l’Islande et la Turquie. Barré par Hugo Lloris, le gardien phocéen ne représentait pas une solution d’avenir pour l’équipe de France et Didier Deschamps préférait convoquer Mike Maignan et Alphonse Areola. Après avoir récupéré sa place de numéro deux à la faveur de son excellent début de saison, le Marseillais a aussi bénéficié d’un peu de chance. 

La terrible blessure de Lloris, absent jusqu’en 2020, a rebattu les cartes. Un petit coup de pouce du destin qui a permis à Steve Mandanda de revenir par la grande porte à Clairefontaine et qui pourrait bien en faire le titulaire des Bleus pour les mois à venir. "Si Didier Deschamps l’a rappelé c’est qu’à un à un moment il est capable et il va faire des performances en Equipe de France, a assuré Nicolas Dehon. Avec son expérience il va accompagner les jeunes et il l’a toujours fait même si c’était un rôle invisible. Et là il va être sous la lumière. Je pense qu’il va assumer les performances et qu’il va être dans la continuité de ce qu’il fait à l’Olympique de Marseille."

Avec la longue absence à venir d’Hugo Lloris, Steve Mandanda pourrait bien marquer des points et éteindre définitivement la concurrence en vue de l’Euro 2020. Ce vendredi en Islande puis lundi soir au Stade de France contre la Turquie, il est attendu au tournant et doit guider les Bleus vers la qualification.

"C’est excellent pour lui, pour l’Olympique de Marseille également mais d’abord pour l’équipe de France d’avoir un gardien de cette qualité qui officiera lors des deux prochaines rencontres", a finalement conclu Jacques-Henri Eyraud. Ce vendredi en Islande, le phénix Steve Mandanda a l’occasion de prouver qu’il est bien redevenu "Il Fenomeno", un gardien de classe internationale.

Jean-Guy Lebreton avec FG, JB, LT, AA et JR