RMC Sport

L’agent de Benzema : "Karim a plein de choses qui attirent la haine"

Karim Benzema

Karim Benzema - AFP

EXCLU RMC SPORT. Karim Djaziri, l’agent de Karim Benzema, était l’invité de Luis Attaque ce jeudi sur RMC. S’il déplore l’ampleur que l’affaire du chantage à la sextape a prise, il comprend que Noël Le Graët ait décidé de sanctionner au moins provisoirement l’attaquant du Real Madrid. Et regrette qu’il soit mal-aimé en France.

Karim Djaziri, estimez-vous que Karim Benzema est victime d’un acharnement ?

Il y a une forme de haine contre Karim suivant ses origines. J’ai entendu dire qu’il n’aime pas la France. On ne joue pas 81 fois pour l’équipe de France si on n’aime pas la France. Effectivement, il a dû faire un choix et c’est toujours difficile. Il avait le choix avec l’Algérie, le pays de ses parents, ou le pays de sa naissance, la France. Il a fait le choix de jouer pour la France, il l’a fait fièrement 81 fois. Je ne peux pas accepter qu’on le remette en cause. Il est beau, jeune, footballeur, riche, d’origine maghrébine et musulman. Ça cristallise beaucoup de choses. Il va avoir des gens qui ne l’aiment pas de gauche, de droite, des vieux, des jeunes, parce qu’il a plein de choses qui attirent cette forme de haine.

Son attitude en équipe de France est-elle bonne ?

Karim n’est pas un garçon qui va récupérer des ballons, courir de partout. Ce n’est pas un n°6. Il ne faut pas juger un joueur de foot sur son attitude. Ce qu’on lui demande, c’est d’être actif et d’aider l’équipe à gagner.

L’avez-vous eu au téléphone après l’annonce de Noël Le Graët ?

Non, je ne l’ai pas eu. Mais je connais l’état dans lequel il est. Il est serein, il sait qu’il n’a rien fait. Il a voulu aider un ami. Cet ami-là s’en rendra compte et il le sait très bien lui aussi. Je pense sincèrement qu’il y a des choses beaucoup plus importantes que cette non-affaire. Il faut arrêter ! Si vous voulez, on peut rétablir la peine de mort en France pour Karim.

Comprenez-vous la décision de la FFF ?

Bien sûr que je la comprends. Le président est obligé de prendre une décision. Il ne peut pas rester inactif. Cette décision n’est pas injuste. Il dit qu’il n’est pas sélectionnable le temps qu’il y ait des éléments nouveaux dans l’affaire. Il y a quand même quelque chose qui m’interpelle, c’est que Karim a été auditionné avant que la victime, en l’occurrence Mathieu Valbuena, n’ait été auditionnée. Mathieu a eu connaissance du dossier via la presse, alors qu’il y avait le secret d’instruction, avant de se présenter devant le juge. Normalement, on entend d’abord la victime avant le mis en cause et l’inverse a été fait. Il y a un amalgame fait sur deux choses bien distinctes. Une qui est pénalement répressible, c’est la discussion qu’il a eue avec lui dans la chambre, dont eux seuls sont témoins. C’est pour ça que les avocats demandent aujourd’hui une confrontation. Si Karim a essayé de le faire payer, oui il doit être puni. Sinon, sa mise en examen doit être levée et tout doit être terminé. Karim voulait rendre service à Mathieu, qui est un ami. Peut-être pas de la bonne façon, il a peut-être mal perçu le message, en lui présentant un ami qui habite à Lyon.

Estimez-vous que Karim Benzema est victime des amitiés qu’il a gardé depuis son enfance ?

Pas du tout. Je suis même extrêmement fier qu’il ait gardé et qu’il n’ait pas tourné le dos à ses amis, malgré les chemins différents qu’ils ont pris. C’est une fierté de voir que c’est un garçon qui est resté le même depuis le jour où je l’ai rencontré, quand il avait 15 ans. Aujourd’hui, c’est une star mondiale, il a 30 millions de fans dans le monde, dont malheureusement 10% seulement sont français.

Les écoutes téléphoniques ne sont tout de même pas favorables à Karim Benzema, qui insulte Mathieu Valbuena…

Karim l’a reconnu lui-même et il s’en est excusé. Il ne l’a pas fait plus tôt parce qu’il est tenu par le contrôle judiciaire de ne pas rencontrer Mathieu Valbuena. Il voulait le voir et lui dire : « Je suis désolé, je n’aurais pas dû parler comme ça ». Et c’était réglé. Après, Mathieu fait ce qu’il veut. On ne peut pas l’obliger à faire quelque chose, il peut en vouloir à Karim pour les paroles. Il y a deux choses complétement différentes : les écoutes et la discussion qu’ils ont eue ensemble. On ne peut pas mettre en examen quelqu’un car il mal parlé de quelqu’un d’autre au téléphone avec un ami. Ça n’existe pas en France. En revanche, on peut mettre en prison quelqu’un s’il a essayé de le faire payer. Mais à ce jour, Mathieu Valbuena n’a pas dit clairement : « Karim m’a demandé de payer, il m’a incité à payer ». J’espère que Mathieu va se poser, bien réfléchir et faire le distinguo entre la discussion qu’il a eue avec Karim dans sa chambre, entre amis, et ce que la presse, via quelqu’un d’autre, lui a mis devant les yeux.

Comprenez-vous quand même la mauvaise image que Karim Benzema renvoie auprès du grand public ?

Je peux le comprendre et je le comprends quand je vois l’élection de dimanche. On ne lui pardonne rien. Il y a d’énormes champions qui n’ont pas chanté la Marseillaise alors qu’ils avaient eu des médailles et un bouquet de fleurs dans la main. Tous les champions français n’ont pas chanté la Marseillaise. Tony Parker ne chante pas la Marseillaise, vous ne l’avez jamais dit !

dossier :

Karim Benzema