RMC Sport

Le Graët maintient Echouafni: "Pour ma part, j’ai confiance en lui"

Après la décevante élimination des Bleues en quarts de finale de l’Euro, le président de la FFF Noël Le Graët maintient sa confiance au sélectionneur Olivier Echouafni.

Noël Le Graët, vous devez être déçu par l’élimination des Bleues en quarts de finale de l’Euro ?

Oui, un petit peu. Le tournoi n’a pas été extraordinaire. On n’a pas dominé notre sujet, même dans la poule. On ne fait pas un mauvais match contre les Anglaises, mais on n’a pas réussi techniquement à les dominer. Ça reflète le niveau actuel. On est un peu moins bien. Les équipes européennes ont progressé. Nous, on a besoin d’améliorer encore notre collectif.

A voir aussi >> Euro 2017: une nouvelle fois impuissantes, les Bleues prennent la porte

Olivier Echouafni, l’entraîneur des Bleues, a dit qu’il était content de son équipe et a pointé la faible qualité de jeu des adversaires…

Il est content de son équipe, c’est normal. Il serait quand même dangereux qu’un entraîneur critique son équipe. Ceci dit, je crois qu’il faut constater le progrès du football féminin partout en Europe. On a rencontré des équipes comme l’Islande, la Suisse et l’Autriche qui sont en énorme progrès. L’Espagne, qu’on n’a pas rencontrée, a également énormément progressé. L’Allemagne a aussi un peu de mal. On était habitué à avoir souvent le ballon, ce qui est encore le cas. On domine, mais sans beaucoup de réussite parce que nos adversaires sont mieux organisées. Moi, je pense que le football européen progresse énormément. Toutes les équipes travaillent. C’est valable pour les garçons, mais aussi, très nettement, pour les filles.

A voir aussi >> Euro 2017: Echouafni déçu… par "la qualité des adversaires"

Vous aviez fixé les demi-finales comme objectif…

On est déçu de la performance sportive. Mais le football féminin français progresse, son nombre de licenciées explose. La D1 féminine a besoin d’être plus cohérente. Il y a deux équipes qui dominent très nettement. Je souhaite que les jeunes joueuses soient titulaires. Si elles ne sont pas utilisées par Lyon et le PSG, il faut absolument qu’elles soient prêtées à d’autres clubs. Nos joueuses ont besoin de jouer. On a vraiment un réservoir extrêmement important. Pour l’avenir, je pense qu’on a des équipes qui tiennent la route. On a des joueuses qui sont motivées, qui travaillent bien. Je ne suis pas du tout inquiet pour les saisons futures.

Quel va être le but d’ici la Coupe du monde 2019 ?

Il y a deux ans devant nous, avec que des matchs amicaux. Il faudra trouver des matchs intéressants parce que nos adversaires sont souvent pris sur les dates FIFA. Il faudra qu’on soit imaginatif pour avoir des rencontres de très haut niveau. On a déjà deux matchs au mois de septembre. Ce n’est pas en septembre qu’on va préparer 2019. Mais le coach doit déjà bien réfléchir à son organisation future, pour les deux ou trois années qui viennent.

Olivier Echouafni est-il maintenu à son poste de sélectionneur ?

Pour moi, oui. Je trouve qu’il travaille beaucoup. C’est une expérience aussi importante pour lui. Il a fait 15 matchs à la tête de cette équipe. Il en a perdu un. Il va sûrement tirer des leçons de cette compétition. Il serait dangereux d’imaginer un changement. Il a aujourd’hui les compétences pour continuer. C’est un jeune entraîneur. Il fera très attention à ce qu’il s’est passé. Pour ma part, j’ai confiance en lui.

LP avec MBo