RMC Sport

Mondial 2006: Sagnol en a beaucoup voulu à Zidane pour sa panenka et son exclusion

Dans Team Duga sur RMC, Willy Sagnol est revenu sur la finale de la Coupe du monde 2006 perdue par les Bleus contre l'Italie. L'ancien latéral droit a raconté qu'il était dubitatif sur la panenka de Zinedine Zidane et qu'il n'avait pas pu accepter les excuses de ce dernier pour son coup de tête contre Marco Materazzi.

"Mon pire et mon meilleur souvenir en même temps". La finale de la Coupe du monde 2006, perdue aux tirs au but par la France contre l'Italie, a longtemps laissé un goût très amer à Willy Sagnol. Au-delà de la défaite, c'est le comportement de Zinedine Zidane qu'il n'a franchement pas apprécié. Pas seulement pour son exclusion consécutive au coup de tête asséné à Marco Materazzi, mais aussi pour sa panenka réussie pour l'ouverture du score en première période.

"On a beaucoup mis en avant le penalty de Zizou. C'est mon côté vieux jeu qui me fait dire que lorsque tu fais une panenka, tu prends quand même de gros risques. Tu joues un petit peu avec le jeu. Quand je vois ce penalty marqué, j'ai deux réflexions. La première, c'est qu'il est complètement fou de tenter ça en finale de Coupe du monde. La deuxième, c'est que j'espère que ça va pas nous retomber sur la gueule", a-t-il raconté jeudi dans Team Duga sur RMC.

"250 clopes en dix minutes pour évacuer"

Puis à la fin du match, après la séance de tirs au but et le protocole, Willy Sagnol était "un petit peu" énervé contre Zinedine Zidane. "Tu rentres dans le vestiaire, t'as perdu, t'as un mec qui parle et s'excuse. Mais tu ne l'entends pas! T'es dans ta déception, dans ton monde. (...) Je n'ai pas envie d'accepter ses excuses, ni de discuter avec lui. Ce n'est pas le moment", s'est souvenu le latéral droit, qui ne voulait pas dire "des choses que tu regrettes sous le coup de l'émotion". "J'ai dû partir aux toilettes, fumer 250 clopes en dix minutes. C'est comme ça que j'ai évacué", a poursuivi l'emblématique joueur du Bayern Munich.

Il a fallu qu'il "arrête le football" pour que cette finale de Mondial devienne son "meilleur souvenir". Quant à ses rapports avec Zinedine Zidane, le temps et un petit coup de pouce ont fait leur effet: "Ça a laissé des traces. On ne s'est pas parlé pendant presque deux ans. En 2008, après le championnat d'Europe, je devais me marier. C'est ma femme qui m'a dit de le faire venir. Je l'ai rappelé. Il ne pouvait pas venir le soir, à la fête, mais il m'a fait le plaisir de venir en fin de matinée. On a pris un apéritif ensemble. On a bien discuté, puis la vie est repartie."

Julien Absalon