RMC Sport

Varane, Deschamps, Blanc... Riolo fait le point

-

- - -

Daniel Riolo, membre de la Dream Team RMC Sport, livre son sentiment sur plusieurs dossiers chauds : la convocation d'Adil Rami pour l'Euro 2016, les choix de Didier Deschamps avec les Bleus et les critiques envers Laurent Blanc au PSG.

L’actu, c’est les Bleus. On avance vers l’Euro et ça se resserre. Bientôt on nagera en pleine démesure. La dernière nouvelle, c’est donc le forfait de Varane. Ça à l’air grave. Et à lire, entendre les débats autour du sujet, c’est alarmant. Franchement, je ne comprends pas cette désolation ambiante. Que Varane soit potentiellement le meilleur de nos défenseurs, ok. Mais il faut bien constater qu’il ne joue pas au Real et que depuis 2014, ses progrès ne sont pas fulgurants. Lors de ce Mondial, on disait d’ailleurs qu’il devait « grandir ». ça n’a pas été le cas. Rami débarque pour le remplacer et qui peut assurer que ça sera moins bien ? Lui au moins sort d’une bonne saison.

J’entends ceux qui vont me parler de groupe, de charnière habitué à jouer ensemble. Mais c’est quoi, c’est qui la charnière des Bleus ? Avec Sakho, Koscielny ? Non le vrai problème, c’est que nos défenseurs ne soient tout simplement pas des « cracks ». Ils se valent à peu près tous. Si demain, un autre se blesse et Umtiti entre dans les 23, pas sûr, encore une fois, que ça soit un vrai souci. Allez, admettons avec Deschamps, qu’avoir des références dans un autre championnat que la L1 soit un plus dans le CV. Sur ce point, je suis 100% avec lui.

Reste que cette affaire a juste montré que Deschamps avait « foiré » sa liste. Il pourra donner toutes les explications, pas sûr qu’Umtiti les comprennent. Dans cette équipe de France qui s’est largement renouvelée depuis le Mondial, seuls les absences de Griezmann, de Pogba, pourraient être analysées comme un gros handicap.

En parlant des Bleus, parmi la grosse quantité de livres sortis ces jours-ci, Vincent Duluc nous livre un regard sur l’intérieur de l’équipe de France. On y lit des confidences de sélectionneur. Laurent Blanc s’exprime. Son passage en Bleu ? « Deux belles années de merde » dit-il. Merci on s’en souvient. Gestion de l’après Knysna en forme de foutage de gueule, affaire des quotas, et Euro 2012, c’était effectivement bien pourri. Et là question. Combien de temps Blanc va « manger » sur son titre à Bordeaux ? Non parce que derrière, c’est juste le néant bien dissimulé. J’ai lutté longtemps contre les défenseurs de Le Guen durant les années 2000. Le temps remet toujours les choses et les gens à leur place.

Le dossier de Blanc s’alourdit chaque jour. Van der Wiel, on n’a pas écouté, Sirigu un peu plus. Et Motta ? Tout est dit. Le PSG n’évoluera plus sans Directeur Sportif, mais pas plus sans un autre entraîneur. Il serait temps que les dirigeants parisiens ouvrent les yeux.