RMC Sport

Belgique: Thierry Henry sélectionneur après l’Euro?

Le retour de Thierry Henry dans le staff de la Belgique a surpris la presse belge qui interprète la présence du Français comme un possible préambule à une succession de Roberto Martinez à la tête des Diables Rouges.

T3, T2 et bientôt sélectionneur de la Belgique? Depuis l’annonce du retour de Thierry Henry dans le staff de la Belgique dimanche, la presse belge imagine un destin de numéro 1 au champion du monde français qui a occupé le poste de deuxième adjoint (T3, comme on le nomme en Belgique), puis de premier adjoint (T2).

>> Euro: les infos en direct

L’ancien attaquant d’Arsenal et du Barça a été rappelé par Roberto Martinez, le sélectionneur, pour l’épauler lors de l’Euro et occuper le poste de numéro 2, vacant depuis le départ de Graeme Jones à Bournemouth, Newcastle et désormais dans le staff de la sélection anglaise. Son inestimable expérience des grandes compétitions, sa proximité avec les stars de l’effectif et le bon souvenir du Mondial 2018 (3e place) ont poussé à retenter l’expérience. Il n'a pas encore rejoint le centre d'entraînement de la sélection à Tubize, où il est attendu dans les prochains jours.

Tottenham, Barça... Martinez a la cote en Europe

Mais les médias belges n'ont pas attendu sa présence pour se projetter un peu plus loin. La RTBF, la Dernière Heure, Le Soir et d'autres imaginent bien Henry prendre la place de Roberto Martinez et s’installer sur le banc de la Belgique après l’Euro. Le sélectionneur belge est sous contrat jusqu’à la Coupe du monde 2022 mais un départ des Diables Rouges est régulièrement évoqué dès cet été, même s’il a assuré le contraire dans une interview au Soir.

L’ancien manager de Swansea, Wigan et Everton a la cote sur le marché et son nom est récemment revenu parmi les potentielles pistes pour s’asseoir sur le banc de Tottenham et même au Barça. Dans le même temps, Thierry Henry a connu ses premières expériences comme entraîneur principal depuis son départ des Diables Rouges en 2018. Cela avait tourné au fiasco à Monaco (100 jours et quatre petites victoires entre octobre 2018 et janvier 2019). Il a enchaîné avec une saison sur le banc du CF Montréal avant de mettre un terme à son aventure en raison de l’éloignement avec sa famille, basée à Londres.

Le voici revenu à proximité et toujours animé de grosses ambitions: celles d’un entraîneur numéro 1. "Je ne prendrai pas de poste de numéro 2 parce que je veux être numéro un", confiait-il au Telegraph en 2019. Il fait exception pour son retour aux affaires. Pour mieux prendre les commandes? La réponse attendra au minimum la fin de l’Euro.

dossier :

Euro 2021

NC