RMC Sport

Equipe de France: Wenger a senti une libération chez Benzema

Ancien manager d’Arsenal, désormais consultant pour beIN Sports, Arsène Wenger a senti que penalty inscrit par Karim Benzema l’avait complètement libéré dans le jeu face au Portugal (2-2), mercredi.

Karim Benzema a retrouvé le chemin des filets en équipe de France, pour son cinquième match après son grand retour. L’attaquant des Bleus a inscrit un doublé face au Portugal (2-2), mercredi lors du dernier match de la phase groupe de l’Euro 2021. Il a d’abord transformé un penalty qui a tout changé pour lui, selon Arsène Wenger, ancien manager d’Arsenal et actuellement consultant pour beIN Sports.

"La première occasion après le penalty, il l’a mise au fond"

"On sent que c’est une libération pour lui, confie le technicien dans Le Parisien, ce vendredi. On sentait quand même qu’il traînait ça, je songe à ses occasions contre la Hongrie. On a vu contre le Portugal: la première occasion qu’il a eue après le penalty, il l’a mise au fond. S’il n’avait pas mis le penalty, il n’aurait peut-être pas marqué derrière. Il y a quelque chose qui transparaît dans le langage corporel dès que le gars est en pleine confiance."

Plus globalement, Wenger cite encore l’équipe de France parmi les favoris malgré un premier tour mitigé. Mais pour lui, l’essentiel réside uniquement dans la qualification avant d’entamer une nouvelle compétition, où il prédit des Bleus redoutables.

>> Toutes les infos sur l'Euro EN DIRECT

"On a l’impression la France est en train de monter encore"

"En général, quand on regarde bien, les équipes championnes du monde sont là pour gagner l’Euro qui suit, remarque l’Alsacien. On l’a vu avec la France en 98-2000, avec l’Espagne en 2010-2012. Or, là, on a une équipe de France dont on n’a pas l’impression qu’elle est arrivée à la fin d’un cycle. On a l’impression qu’elle est en train de monter encore. Donc moi je ne vois pas pourquoi on ne se fixerait pas l’objectif de gagner le Championnat d’Europe."

Il ne sent donc pas une fragilité. Plutôt l’inverse. "On a eu la poule la plus difficile qu’on pouvait imaginer, conclut-il. Assez paradoxalement, pour entrer dans la phase à élimination directe, on va avoir des équipes plus faciles à jouer… Cette équipe a un vrai potentiel qui n’est pas encore complètement exploité. Et quelque part je pense que, maintenant, ça passe par les joueurs: jusqu’où veulent-ils aller ensemble?"

NC