RMC Sport

Euro: toujours des doutes pour l'Allemagne avant d'affronter les Bleus

Opposée mercredi au Danemark (1-1) en match de préparation pour l'Euro, l'Allemagne a montré un visage convaincant pendant une heure, avant de retomber dans ses travers. Il lui reste beaucoup d'efforts à fournir avant son rendez-vous avec l'équipe de France, fixé le 15 juin à Munich.

Karim Benzema n'est pas le seul joueur à avoir fait son grand retour en sélection mercredi. Dans le Tyrol autrichien, du côté d'Innsbruck, deux autres trentenaires ont retrouvé la scène internationale. Pour la première fois depuis l'automne 2018, Mats Hummels (32 ans) et Thomas Müller (31 ans) ont rejoué sous le maillot allemand. Un retour contrasté puisque la Mannschaft, premier adversaire des Bleus à l'Euro (15 juin), n'a pas fait mieux qu'un nul face au Danemark (1-1). Piteusement éliminée au premier tour du Mondial 2018 en Russie, humiliée 6-0 en Espagne en Ligue des nations fin 2020, et même récemment battue par la Macédoine du Nord (2-1) dans le cadre des qualifications pour la prochaine Coupe du monde, cette sélection continue d'avancer dans le flou. Sans certitude, sans garantie.

>> Euro: les infos en direct

Comme souvent ces derniers mois, Joachim Löw a vu "l'ombre et la lumière" contre les Danois de Christian Eriksen, auteur d'une sublime passe décisive pour Yussuf Poulsen. "On a eu de bonnes intentions, nous avons bien défendu collectivement, c'était mieux que lors des matchs précédents, mais nous nous compliquons la vie nous-mêmes, avec une petite faute d'inattention qui amène le but du Danemark", a-t-il reconnu après la rencontre, conscient que son équipe a beaucoup à se faire pardonner auprès de ses supporters. Privée de ses quatre finalistes de la Ligue des champions (Timo Werner, Kai Havertz, Antonio Rüdiger et Ilkay Gündogan), l'Allemagne a retrouvé un peu de cohésion dans son jeu, affichant des progrès et une maîtrise pendant une heure. Avant de décevoir, encore.

Des doutes sur le système de jeu

Alors qu'ils avaient ouvert le score grâce à Florian Neuhaus (48e), les champions du monde 2014 n'ont pas réussi à faire le break, à tuer le suspense. Et ils sont en même temps retombés dans leur travers défensifs. "C'était intense. On a vu beaucoup de bonnes choses, mais en deuxième période nous avons eu une phase où ne ne sommes plus trop allés dans les duels. Nous avons été assez clairs offensivement, au final le résultat est frustrant. Nous avons touché deux fois les montants, nous aurions pu avoir un peu plus de chance...", a regretté Müller, qui a lui rendu une copie assez propre pour son retour, tout en donnant l'impression d'en faire parfois trop, comme s'il voulait prouver son importance dans cette équipe.

"Il y a eu beaucoup de bonnes choses. Mais on est toujours dans l'expectative. On ne sait pas dans quel système l'Allemagne va jouer à l'Euro. Löw a remis une défense à trois derrière avec Hummels, Niklas Süle et Matthias Ginter, alors qu'on pensait qu'il allait revenir à un 4-2-3-1 classique. Löw doit être responsable, faire les bons choix. S'il se plante complètement, l'Allemagne pourrait même se faire sortir dès la phase de groupes. Contre le Danemark, on a vu une belle équipe d'Allemagne, mais pas une grande équipe d'Allemagne. Il y a encore beaucoup d'efforts à faire", a insisté dans l'After Foot, Polo Breitner, spécialiste du football allemand pour RMC Sport. Il reste à la Mannschaft une seule rencontre contre la Lettonie, lundi, pour parfaire ses automatismes avant d'affronter à Munich les Bleus de Benzema, puis le Portugal (19 juin) et la Hongrie (23 juin).

>> Les podcasts de l'After Foot

dossier :

Euro 2020

https://twitter.com/rodolpheryo Rodolphe Ryo Journaliste RMC Sport