RMC Sport

Islande-France: Giroud offre dans la douleur la victoire aux Bleus

Grâce à un penalty d'Olivier Giroud en seconde période (66e), l'équipe de France de football s'est imposée à Reykjavik contre l'Islande (0-1). Cette victoire, acquise dans un match peu divertissant, permet aux Bleus de se rapprocher de la qualification pour l'Euro 2020.

Ce match atone n'a pas été une publicité pour le football. Dans le cadre des éliminatoires de l'Euro 2020, les Bleus se sont imposés sans briller contre l'Islande sur la pelouse du Laugardalsvöllur de Reykjavik (0-1). Avec ce résultat contre cet adversaire facilement battu 4-0 lors du match aller disputé en mars dernier, les Français restent deuxièmes du groupe H avec 18 points, à égalité du leader turc qui s'est imposé sur le fil contre l'Albanie (1-0). Les Islandais stagnent à la 3e place, avec 12 points.

>> Revivez le live du match Islande-France

Toujours sans Mbappé (blessé à la cuisse gauche), mais aussi privés de Hernandez (gêné par son genou droit) ainsi que de Kanté qui a cédé sa place à Sissoko à la toute dernière minute, les Bleus proposent une entame de match particulièrement morne. Malgré une logique domination en termes de possession, les hommes de Deschamps se heurtent aux lignes resserrées de l'Islande et ont toutes les difficultés du monde à créer des décalages. Les attaquants étant sevrés, seul Varane parvient à tenter un tir (non cadré) à la sortie d'un corner durant les 25 premières minutes.

"Il manque un peu de vitesse"

La première situation intéressante de la partie est à mettre aux crédit des Islandais, avec une frappe plein axe pas assez appuyée de Bodvarsson que Mandanda capte aisément (30e). Les Français accentuent légèrement la pression par la suite, se rapprochent bien plus de la zone de vérité, sans grande réussite dans les derniers gestes. Leurs actions les plus significatives arrivent finalement peu avant la pause: d'abord une frappe en pivot de Griezmann après un bon centre en retrait de Digne (42e), puis une frappe puissante de Coman sur le côté droit (43e).

À la mi-temps, au micro de TF1, Didier Deschamps n'a pu que constater les difficultés de son groupe: "On a beaucoup le ballon, mais c’est difficile dans les 30 derniers mètres. Je m’attendais à ce type de match face à un bloc bas. Il manque un peu de vitesse et de percussion".

Un penalty contesté par les Islandais

Toutefois, ces deux ingrédients manquent encore à la reprise et la seconde période repart sur les mêmes bases que la première. C'est alors que, sur une action relativement quelconque, Griezmann est fauché à hauteur du genou par Skulason dans la surface. L'arbitre italien désigne le point de penalty, malgré les protestations des Islandais dénonçant une simulation. Les réclamations n'empêchent pas Giroud de transformer en prenant Halldorsson à contre-pied sous les sifflets du public (66e).

Le but déboussole le bloc islandais, fatigué, devenu moins compact et moins agressif. Griezmann tente d'en profiter immédiatement avec une puissante frappe, finalement bien repoussée (68e). Puis le poteau droit contrarie Matuidi, tout près de faire le break après une fulgurante accélération de Coman sur le côté gauche (77e). Entré en jeu à la place de Giroud, Ben Yedder se distingue aussi d'une belle frappe croisée du droit, parfaitement bloquée par le gardien adverse (81e). Enfin, dans un billard confus en guise d'ultime action, Matuidi et Ben Yedder manquent de peu d'enfoncer le clou (90e+6).

Les champions du monde doivent donc se contenter de ce maigre mais précieux résultat, qu'ils peuvent faire fructifier lundi au stade de France contre la Turquie. En cas de victoire, le ticket pour le championnat d'Europe sera quasiment acquis.

Julien Absalon