RMC Sport

L’UEFA devrait maintenir l’Euro dans douze villes et sans public, selon Le Graët

Interrogé ce mercredi, Noël Le Graët a évoqué l’organisation de l’Euro prévu cet été. Pour l’heure, l’UEFA prévoit toujours d’organiser l’événement, sans public, dans douze villes différentes, assure le président de la Fédération française de football.

Un peu plus de trois mois. C’est-à-dire demain. L’Euro 2020, reporté d’un an en raison de la pandémie de Covid-19, doit débuter le 11 juin prochain. Pour la première fois de l’histoire, la compétition a été prévue à travers tout le Vieux Continent. Douze villes-hôtes ont été désignées: Londres, Munich, Rome, Bakou, Saint-Pétersbourg, Amsterdam, Bucarest, Bilbao, Budapest, Glasgow, Copenhague et Dublin. Un format qui complique forcément l’organisation en pleine crise sanitaire mondiale. Mais pour le moment, l’UEFA n’envisage pas de changer ses plans initiaux.

>> Le sport face au coronavirus, les infos en direct

C’est ce que Noël Le Graët a indiqué ce mercredi lors d’un passage à la Ligue de Paris pour rencontrer certains clubs. En campagne pour sa réélection à la tête de la FFF, dont l’élection aura lieu le 13 mars, le patron du foot français a confié son optimisme au micro de RMC Sport. "Je pense que les douze villes vont être conservées, sauf avis contraire de l’UEFA. En tout cas, dans l’état actuel, l’UEFA garde ces douze villes, sans spectateur", a expliqué le dirigeant breton. De quoi envisager un calendrier dantesque en fin de saison, sachant que la finale de la Ligue des champions se disputera le 29 mai à Istanbul. "C’est la vie, sourit Le Graët. Ce n’est pas moi qui peut changer les dates de l’Euro".

Le Graët l’objectif du "dernier carré" pour les Bleus

En revanche, il peut en dresser les objectifs français. Après avoir atteint la finale en 2016 et marcher sur le monde en 2018, les Bleus de Didier Deschamps sont priés d’atteindre au moins les demi-finales, qui se joueront à Wembley (Londres). Tout comme la finale du 11 juillet. "Je dis toujours que quand un pays arrive dans le dernier carré, c’est déjà un succès. Parce qu’après, un tir sur un poteau ou un penalty changent complétement un match, rappelle Le Graët. Dans nos objectifs, bien sûr qu’on veut gagner, tout le temps. Comme les autres. Mais le dernier carré, ça montre quand même déjà une solidité du pays."

Pour y parvenir, les partenaires d’Hugo Lloris devront déjà se sortir d’un groupe F très relevé. Le défi débutera le 15 juin par un choc contre l’Allemagne à l’Allianz Arena, l’antre du Bayern Munich. Avant d’affronter la Hongrie (le 19) puis le Portugal (le 23) au stade Ferenc-Puskas de Budapest.

https://twitter.com/AlexJaquin Alexandre Jaquin Journaliste RMC Sport