RMC Sport

Les dernières confessions d’Henry aux New York Red Bulls

Thierry Henry

Thierry Henry - AFP

DOCUMENT RMC SPORT. Après l’annonce de son départ de New York, Thierry Henry a tenu un discours à ses futurs-ex partenaires de la franchise américaine. Une ode à la science du jeu et à… Didier Deschamps, que Damien Perrinelle, défenseur des Red Bulls, a racontée à RMC Sport.

Au lendemain de l’annonce de son départ de New York, Thierry Henry s’est adressé une dernière fois à ses coéquipiers des Red Bulls, où il avait ses habitudes depuis 2010. Du haut de ses 37 ans et de ses 20 années de professionnalisme, l’attaquant français a distillé quelques derniers conseils à ses futurs-ex partenaires, en insistant notamment sur la science du jeu et l’un de ses apôtres… Didier Deschamps. Un hommage à l’actuel sélectionneur de l’équipe de France pour mieux s’offrir une dernière pige en Bleus ? Pas si sûr si l’on écoute Damien Perrinelle, défenseur français des New York Red Bulls, qui rappelle que l’ancien international n’a pas encore annoncé sa retraite et qu’il s’était accordé un mois de réflexion. Confessions.

Sa référence, c’est Deschamps

« Il aimait bien nous raconter ce qu’il se passait dans ses anciens clubs, la mentalité de la gagne, cet état d’esprit. Je me souviendrai d’une phrase qu’il a prononcée hier lors de notre dernier entraînement : ‘’On peut être super fort techniquement, on peut aller très vite mais ce qui est le plus important, c’est la vision du jeu’’. Il nous a confié qu’il connaissait cela mais qu’il a compris beaucoup de choses avec l’âge. Il nous a demandé : ‘’Qui a soulevé la première Coupe du monde pour la France ? Ce n’est pas Zizou, ce n’est pas moi, ce n’est pas Djorkaeff mais c’est Deschamps. Deschamps, c’était la clé. C’est lui qui régulait le jeu et qui voyait tout’’. »

Une discrétion absolue sur son avenir

« Son départ, c’est un peu particulier. C’est un au revoir pour New York parce que je ne sais pas ce qu’il veut faire pour la fin de sa carrière. On parle d’hommage mais je ne sais pas s’il va continuer ou pas. Mais c’est un pincement au cœur de se dire que j’ai partagé cinq mois de son quotidien. Ça fait un vide quand un joueur qui a une telle importance dans l’effectif s’en va. Il est assez discret sur tout ce qui le concerne. Il y a eu des rumeurs sur Monaco et le PSG mais il n’a jamais rien dit et n’en parlait jamais dans le vestiaire, même aux Français. Encore moins sur ce qui est sorti ces derniers jours en équipe de France. Une dernière sélection en Bleu ? Admettons qu’il décide de continuer, l’hommage serait un peu prématuré. On parle avec des ‘si’ mais il n’a jamais été clair sur son intention de continuer ou non. Il se donne un mois de réflexion alors, je ne peux pas me permettre de parler de ça. »

Un joueur bonifié et un meneur affirmé

« On s’attendait à son départ, c’était prévisible. Ça va laisser un gros vide pour le soccer aux Etats-Unis et à New York particulièrement. Sur le joueur, on a l’impression que plus il vieillit, mieux il voit le jeu. Il le fait mieux que les autres. C’est la différence entre un bon joueur et un très bon joueur. J’ai eu la chance de partager cinq mois de son quotidien et je peux vous dire qu’à chaque entraînement, il y avait toujours un geste ou une passe qui impressionnait. L’homme ? C’est un vrai meneur qui n’hésite pas à dire les choses. Il est franc dans le but de faire avancer l’équipe et pas pour se protéger ou jouer un rôle. Il disait toujours : ‘’ça ne va rien changer à ma carrière si vous restez comme vous êtes. Si je peux vous aider à vous améliorer, c’est avec plaisir et c’est l’objectif.’’ »

La rédaction avec MBo