RMC Sport

Barça: ce que cache la menace de Messi sur son départ

En décidant de geler les discussions sur la prolongation de son contrat avec le Barça, Lionel Messi impose une grosse pression à sa direction, avec laquelle les rapports sont tendus, à un an de l'élection pour la présidence.

Lionel Messi (33 ans) en a marre des fuites. Mais c'est encore par ce biais que la Cadena Ser a annoncé une petite bombe jeudi soir: la star argentine a décidé de geler les discussions pour la prolongation de son contrat. L'idée pour le sextuple Ballon d'Or serait d'honorer son engagement jusqu'en 2021, avant de quitter son club de toujours. Pour quel équipe? Rien ne filtre pour le moment et il ne s'agit pas vraiment du fond du problème.

Cette fuite (opportune?) tombe au coeur d'une période très compliquée pour le club, en passe de perdre son titre en Liga (quatre points de retard sur le Real à cinq journées de la fin). Sans idée dans le jeu, le Barça s'en remet systématiquement à Messi qui ne peut plus masquer, seul, les lacunes collectives malgré son 700e but en carrière inscrit face à l'Atlético de Madrid.

>> Abonnez-vous aux offres RMC Sport pour regarder la Ligue des champions

Setien dans le viseur?

Le traitement d'Antoine Griezmann par Quique Setien a aussi fait resurgir les débats sur l'influence des "poids lourds" du vestiaire dans la prise de décision de l'entraîneur. Le manque de complicité de Messi et Suarez avec l'attaquant français sur le terrain accrédite, pour certains observateurs, l'ostracisation de "Grizou" dans cette équipe.

Pour Lionel Messi, cette influence n'est qu'un fantasme, même si les récentes images, le montrant en train de snober très clairement les consignes de l'adjoint de Setien, Eder Sarabia, laissent planer le doute. Pour certains médias, cette manoeuvre serait d'ailleurs un moyen de mettre la pression aux dirigeants en place pour pousser au départ de Quique Setien, avec qui le courant ne passerait pas.

D'un autre côté, les affirmations sur son rôle prépondérant dans les choix de l'équipe auraient fini par le lasser au point de remettre en question son avenir au Barça alors que les discussions pour une prolongation avaient bien commencé, selon la Ser. Le 10 juin dernier, il n'a ainsi pas activé la clause de départ figurant dans son contrat.

Avant cela, la crise était passée par là. Et la polémique sur le refus des joueurs de baisser leurs salaires, dans un premier temps, a contribué à une fracture entre la star et les dirigeants, qui ne s'étaient pas gênés pour faire fuiter l'information dans la presse. Au moment de l'officialisation d'une baisse de 70% des émoluments de l'effectif, Messi avait rétorqué par un texte cinglant visant les dirigeants, le président Josep Bartomeu en tête. 

L'entente entre les deux hommes est orageuse. En février, la presse révélait que la direction avait engagé une entreprise pour nuire à ses rivaux et ses propres joueurs, dont Messi, sur les réseaux sociaux

Une manoeuvre pour saborder Bartomeu à la présidentielle?

Tous ces éléments auraient fini par fatiguer l'attaquant de 33 ans qui jette un pavé dans la mare de Bartomeu. Le président, de plus en plus décrié, joue en effet très gros alors que les élections se profilent au printemps 2021. Bartomeu ne pourra pas se représenter puisqu'il a atteint le seuil limite des deux mandats. Il devrait porter la candidature d'Emili Rousaud pour assurer la continuité de son mandat. 

Se présenter aux élections sans avoir obtenu la prolongation de Messi ferait sacrément désordre pour le protégé de Bartomeu. D'autant qu'un autre candidat, Victor Font, promet un atout de poids dans sa manche qui pourrait convaincre Messi de rester. Parmi ses promesses électorales: celle de nommer Xavi, entraîneur

L'ancien métronome du Barça se tient prêt et enchaîne les appels du pied pour s'asseoir sur le banc du club qu'il a contribué à mener sur le toit de l'Europe avec Messi, sous les ordres de Pep Guardiola. Alors que l'avenir de Quique Setien s'écrit en pointillés au-delà de cet été, ce dernier ne devrait pas être remplacé dans l'immédiat par Xavi, qui pourrait attendre encore un an. Sa nomination couplée à la promesse d'une prolongation de Messi offriraient en effet une base solide pour Font auprès des socios au moment de mener sa campagne.

Nicolas Couet