RMC Sport

Bordeaux: ce qu'il s'est dit lors de la réunion entre les joueurs et le staff

Une réunion ayant suivi la lourde défaite bordelaise à Saint-Étienne (4-1) pourrait bien avoir permis au vestiaire girondin de se remobiliser, alors que le club lutte pour éviter le maintien.

Alors que les joueurs et le staff semblaient au bord du précipice, après la nouvelle déroute à Saint-Étienne (4-1), les sourires étaient présents au Haillan cette semaine avant de défier Monaco, ce dimanche. Déconcertant pour une équipe bordelaise qui reste sur dix défaites lors de ces douze derniers matchs et qui vient d'encaisser 13 buts lors des quatre dernières rencontres. Un évènement a pourtant bien reboosté les Girondins : une réunion collective s'est tenue ce mardi au Haillan.

Staff technique, joueurs mais également staff médical, membres de la sécurité, secteur de la vidéo: tous les salariés proches du groupe pro étaient conviés à participer. Alain Roche, le directeur sportif, et Frédéric Longuépée, le président, n'étaient pas présents. La réunion, courte mais très intense, a permis de crever de nombreux abcès. Alors que de grosses tensions existent dans le groupe, plusieurs proches du vestiaire ont vu différents joueurs faire un pas les uns vers les autres.

Les cadres assument leurs statuts

Conséquence: une ambiance de travail nettement plus joyeuse à l'entraînement cette semaine. "On a passé une semaine très agréable sur le terrain, confirme Jean-Louis Gasset. On a senti comme un poids qui était tombé." Les différents cadres se sont décidés à assumer leur statut. "Le groupe est conscient de la situation depuis un bon moment", confie l'ancien capitaine Benoit Costil, qui faisait sa première apparition en conférence de presse depuis le 20 janvier 2020. "Mais il faut un déclic et arrêter de s’apitoyer sur son sort. Croyez-moi, on n’a pas toujours été tendre avec nous-même dans nos discussions. Il est peut-être temps de voir les choses avec un peu plus de positivité. L’union fait la force, rassemblons-nous. On est ensemble, on va s’en sortir ensemble et, l’année prochaine, Bordeaux sera en L1."

Les déclarations et les attitudes lors de cette réunion ont fait un bien fou au staff technique, totalement abattu après la claque reçue à Saint-Étienne. Jean-Louis Gasset, notamment, se sentait impuissant face à la situation et ne voyait plus comment remobiliser ses joueurs. "J’ai l’impression que l'on est en train de se rendre compte des choses le 12 avril, souffle l'entraîneur. Mieux vaut tard que jamais. Si on fait six bons matchs et qu’on prend les points, cela sera très positif. Mais ils se sont dit ce que je leur répète depuis huit mois..."

Six matchs couperets

Le groupe s’est ressoudé, et les joueurs et le staff ont fait un pacte, avec des objectifs précis pour ces six derniers matchs. Le vestiaire s’est lui aussi promis de rester uni et d’éviter les fuites dans la presse, alors que plusieurs déclarations avaient interpellé ces dernières semaines. La présence des salariés a aussi mis les joueurs face à leur responsabilité avec des personnes qui "travaillent pour eux au quotidien."

La direction s’est également entretenue avec quelques joueurs cadres afin de les remobiliser pour les six derniers matchs de cette saison. Un discours qui semble avoir porté ses fruits: au club, on semble tirer enfin dans le même sens pour sortir de la crise. Si les Girondins n’ont jamais totalisé aussi peu de points à ce stade de la saison sur les 20 dernières années, la dynamique en interne semble enfin s’inverser, pour la première fois depuis fin janvier. Il ne reste plus désormais qu’à le démontrer sur le terrain.  

Nicolas Paolorsi