RMC Sport

Ligue 1: Khazri voit triple, Bordeaux s’enfonce dans la crise

Saint-Etienne a fait un pas vers le maintien avec sa victoire (4-1) contre Bordeaux, tandis que Lens a repris trois points d'avance sur l'OM et conserve sa cinquième place après un succès (4-1) face à Lorient.

Lens fait le show et croit en son rêve européen

Le Racing Club de Lens ne peut envisager de déloger Lyon de la quatrième place, le club sang et or s’efforce donc de consolider la cinquième position. Le rêve du promu d’accéder à la Coupe d’Europe, un an seulement après son accession dans l’élite, est de plus en plus concret, à mesure que l’on se rapproche de la fin du championnat. Les partenaires de Gaël Kakuta font tout ce qu’il faut en tout cas pour parvenir à ce but qu’ils se sont fixés.

Redevenu prophète dans la région, 13 ans après un départ prématuré en Angleterre, Kakuta a encore fait la différence sur penalty (15e) contre Lorient (4-1), qui n’a pas rendu la tâche facile aux Lensois par la suite. Les joueurs de Franck Haise pouvaient d’ailleurs s’estimer heureux de basculer en tête à la pause tant les Merlus ont parfaitement réagi à l’ouverture du score, avec l’égalisation de Moffi (28e), qui s’est également créé deux occasions franches de prendre le large.

Mais Lorient a cruellement manqué de réalisme, contrairement aux Lensois, qui prenaient l’avantage avant la pause. Corentin Jean était à la conclusion (38e) d’un très joli mouvement collectif avec Clauss et Kalimuendo, qui se faisait oublier au second poteau en seconde période pour donner au Racing Club de Lens un avantage plus confortable à son équipe (54e). Le score passait de 3-1 à 4-1 après un dernier penalty transformé par Banza (87e).

Le Racing Club de Lens conforte sa 5e position et reprend trois points d’avance sur l’Olympique de Marseille à l’issue de la 32e journée de Ligue 1. L’OM, justement, recevra Lorient à l’occasion de la prochaine journée, dans un match qui sera encore crucial dans l’optique du maintien, sachant qu’un rendez-vous à Lyon attend les Merlus lors de la 36e journée.

Un triplé de Khazri assomme Bordeaux

Bordeaux n’est toujours pas sauvé, et il serait bien inspiré de s’en apercevoir avant qu’il ne soit trop tard. Fessé par l’AS Saint-Etienne (4-1), le club au scapulaire poursuit sa descente aux enfers en Ligue 1 avec un neuvième revers sur les onze derniers matches de championnat. La crise était tout à la fois économique et institutionnelle, elle est désormais sportive. Tout le contraire de Saint-Etienne qui repart de l’avant avec un premier succès à domicile depuis le mois de février. Et ce renouveau, les Verts le doivent en grande partie à Wahbi Khazri.

Buteur contre Angers (1-0) et Nîmes (2-0), deux matchs qui s’étaient soldés par un succès à l’extérieur, l’attaquant international tunisien a cette fois-ci inscrit un triplé (19e, 23e, 71e), avec deux buts sur penalty dans un match où l’arbitre en aura sifflé trois, pas toujours à raison d’ailleurs. Formé à Bordeaux, Zaydou Youssouf profitait de la passivité étonnante de la défense bordelaise pour enfoncer son ancien club dans un profond marasme (80e). Du côté de Saint-Etienne, cette victoire est cruciale pour le maintien puisque l’ASSE compte désormais neuf points d’avance sur le barragiste. Bordeaux, qui avait ouvert le score grâce à Hwang sur penalty (8e), n’en a plus que six.

Brest ne gagne toujours pas

Pour Brest, c’était un match pour repousser le danger, écarter les doutes qui avaient pu naître de leurs défaites la semaine passée, mais aussi enfoncer Nantes dans les tréfonds du classement. Un peu tout cela à la fois. Le match nul (1-1) n’arrange donc personne dans une passionnante lutte pour le maintien, alors que les Brestois auraient bien voulu se donner de l’air en prenant leurs distances avec la zone rouge, que les Nîmois se seraient bien vus quitter ce dimanche.

Très largement dominateurs en possession du ballon (64%), les Brestois ont été cueillis à froid par des Nîmois très efficaces et dangereux en contre lors d’un match très ouvert. Approximatifs dans le dernier geste (22 tirs, 4 cadrés), les hommes d’Olivier Dall’Oglio sont revenus grâce à Brendan Chardonnet sur un coup de pied arrêté (25e). Moussa Koné avait lancé les Nîmois dès la 11e minute, sur un service de Zinedine Ferhat, signalé hors-jeu en seconde période, alors qu’Eliasson pensait avoir donné l’avantage aux Crocos.

En début d’année, les Bretons étaient confortablement installés à la dixième place, et lorgnaient presque sur la première partie de tableau avec appétit. Mais cette année, Brest est aussi la deuxième plus mauvaise équipe après Dijon. La réussite fuit les Bretons qui n’ont plus gagné depuis huit matchs. Reste que ce match nul permet quand même au Stade Brestois de conserver six points d’avance sur son adversaire du jour, barragiste, avant d’affronter le Racing Club de Lens dimanche prochain.

Reims et Nice perdent gros, mais pas le match

Pas de vainqueur et pas de but entre Nice et Reims (0-0). Les Azuréens, qui restaient pourtant sur une série de quatre victoires lors de leurs cinq dernières sorties en Ligue 1, n’ont pas montré grand-chose au cours d’une rencontre équilibrée mais assez pauvre en occasions (2 tirs cadrés à 1 pour les locaux).

Nice occupe la neuvième place du classement à la différence de buts, devant Metz. Le Stade de Reims est 12e. Les Rémois ont perdu Boulaye Dia, leur meilleur buteur (14 buts en Ligue 1), contraint de sortir sur blessure, touché à une cheville, selon son club. Les Aiglons ont eux aussi été contraints de sortir Amine Gouiri (12 buts et 6 passes décisives en Ligue 1) à la pause, remplacé par Myziane Maolida.

QM