RMC Sport

Coronavirus: ce que le foot français va demander gouvernement pour "survivre"

Rendez-vous important ce mardi entre la Ligue de Football Professionnel et les pouvoirs publics. La LFP veut demander des ajustements et des solutions pour faire face aux pertes dues au Covid-19 et au désengagement de Mediapro des droits TV.

Le football français est en crise et veut demander plus d’aides au gouvernement. A 11 heures ce mardi, le président de la LFP Vincent Labrune, accompagné des présidents de clubs Jean-Michel Aulas (Lyon), Laurent Nicollin (Montpellier), Loïc Féry (Lorient) et Pierre-Olivier Murat (Rodez), doit s’entretenir en visioconférence avec Jean-Michel Blaquer, ministre de l’Education et des Sports. Lui sera aux côtés de Roxana Maracineanu, ministre déléguée aux Sports, et d’Alain Griset, ministre en charge des Petites et Moyennes Entreprises.

L’objectif de cette réunion est de trouver des solutions pour soutenir le football français, parmi les nombreux secteurs à être touchés par la crise du Covid-19. Mais en plus des conséquences de la crise sanitaire, le football français a dû faire face au désengagement de Mediapro et à une baisse de revenus des droits TV.

Quelles sont les demandes de la LFP?

La Ligue estime que les 100 millions d'euros obtenus jusqu’ici par l’Etat pour compenser les pertes de la billetterie ne suffisent plus. Elle demande également une aide concernant les PGE, les prêts garantis par l’Etat, contractés la saison dernière. Car la LFP doit rembourser 68 millions d’euros, mais elle n’en sera pas capable.

La LFP veut être exonérée de la taxe Buffet (5% des droits télé redistribués pour financer le sport amateur) et demande aussi une exonération de TVA.

Que vont proposer les pouvoirs publics?

"Cette crise, nous devons la gérer tous ensemble. Et pas uniquement avec les efforts de l’Etat, qui ont été conséquents et qui, bien sûr, ont répondu, que ce soit pour le sport professionnel, mais aussi pour le sport amateur, à la gestion de cette crise", a d’abord posé Roxana Maracineanu samedi. La ministre déléguée aux Sports veut mettre les clubs face à leurs responsabilités. Cependant, le report du remboursement des PGE pourrait être accepté, à la différence de l’exonération de TVA.

Par ailleurs, la LFP a déjà salué la réactivité des pouvoirs publics. Il y a une semaine, la Ligue avait lancé un appel pour un "plan de sauvetage d'urgence". "Il en va de la survie du secteur du football professionnel", pouvait-on alors lire dans un communiqué.

LL