RMC Sport

Homophobie: le coup de gueule de Le Graët contre les interruptions de matches

Noël Le Graët, président de la Fédération française de football, s'est exprimé contre les interruptions de matches en cas de banderoles et de chants homophobes.

Noël Le Graët, président de la Fédération française de football (FFF), s'est prononcé contre les interruptions de matches en cas de chants ou banderoles homophobes dans un entretien au quotidien Ouest-France

"On arrête trop de matches"

"Pour être clair, je trouve qu'on arrête trop de matches, explique-t-il. Cela fait plaisir à certains ministres, mais moi, ça me gêne. Le football ne peut pas être pris en otage pour des propos vulgaires. Ce n'est pas le foot, mais la société est en général qui doit y réfléchir, à l'école ou dans les entreprises, partout. On a l'impression que, tout à coup, tous les stades sont devenus des lieux homophobes. Je conteste avec véhémence cette image qu'on donne de nous." Une réponse indirecte à Roxana Maracineanu, la ministre des Sports, partisane de l'interruption des matches

L'ancien président de l'En Avant de Guingamp critique la mise en avant du football comme le pinacle de l'homophobie en France. "L'homophobie, c'est le football qui l'a inventée? Ça fait bien d'aller raconter sa science quand on n'a pas grand-chose à dire." Et il met en avant les programmes fédéraux de sensibilisation, notamment auprès des jeunes dans les centres de formation, et les sanctions déjà existantes en cas d'homophobie. "Le football travaille et depuis longtemps sur le sujet, comme sur le racisme" assure-t-il.

"On peut être choqué de tout"

Le Graët ne se dit pas choqué par les nombreuses banderoles ironiques apparues dans les stades de Ligue 1 le week-end dernier, en réponse aux interruptions de matches. "On peut être choqué de tout, juge-t-il. Lesquelles devraient me choquer? Il y a certaines que je trouve marrantes. Le premier point, c'est que les banderoles ne devraient pas pouvoir entrer dans les stades. De là à en faire autant d'histoires, ma réponse est non." 

Le président de la FFF est également revenu sur les interdictions de déplacement pour les supporters, sujet qu'il va aborder directement avec "des membres du ministère de l'Intérieur et la ministre des Sports". Il met en avant "le dialogue, la sensibilisation" plutôt que la répression. 

HM