RMC Sport

Le PSG, champion d'automne, se relance en dominant le LOSC

Angel Di Maria et Edinson Cavani (PSG)

Angel Di Maria et Edinson Cavani (PSG) - (AFP)

Le PSG a renoué avec le succès face à Lille (3-1), samedi, au Parc des Princes. Le trio Lyon-Monaco-Marseille pointe à douze longueurs avant le reste de cette 17e journée de Ligue 1. Les Parisiens sont déjà champions d'automne.

Battu deux fois d’affilée, par Strasbourg (1-2) en Ligue 1 et le Bayern Munich (1-3) en Ligue des champions, le PSG est retourné à son pain quotidien, samedi, face à une équipe de Lille combative mais battue (1-3). Un succès qui met la pression sur le trio de poursuivants du club parisien puisque Lyon, Monaco et Marseille sont relégués à douze points du leader avant la suite de cette 17e journée.

Une chose est sûre: le PSG passera la trêve hivernale en tête puisqu’il ne peut plus mathématiquement être rejoint avant la fin des matches allers. Bémol de l’après-midi: la sortie d’Adrien Rabiot à la mi-temps, qui a ressenti une douleur derrière la cuisse. 

À lire aussi >> PSG-LOSC, le film du match

Di Maria, Pastore, Kimpembe: le message des remplaçants

Privé de Layvin Kurzawa, Thiago Silva (blessés) et Neymar (suspendu), Unai Emery a aligné un onze hybride face au LOSC, entre indéboulonnables et joueurs en manque de temps de jeu ou de confiance. Déjà titularisés face à Strasbourg, où leurs performances avaient été décevantes, Angel Di Maria et Javier Pastore ont envoyé un message positif à leur entraîneur en participant activement au succès parisien.

Le premier a ouvert le score de la tête au premier poteau après un bon centre de Kylian Mbappé (en position de hors jeu au départ de l'action) sur le côté droit (28e). Le second a fait le break d’une frappe en plein centre du but sur un service de Di Maria (49e). Les deux Argentins, en dehors de ces gestes décisifs, ont été très en vue dans la construction du jeu. Rarement pris à défaut, Presnel Kimpembe a lui rappelé qu’il constituait une alternative crédible en défense centrale.

Un match ennuyeux… jusqu’à une erreur de Marquinhos 

Il a fallu attendre la 78e minute et une tentative lointaine d’Anwar El Ghazi pour trouver la trace du premier arrêt d’un gardien dans ce match. Avant ça, le PSG avait tranquillement géré son avance, sans trop forcer son talent, tout en maîtrise. Et puis une mauvaise relance de Marquinhos, directement dans les pieds de Boubakary Soumaré, a permis à El Ghazi de ramener l’espoir dans les rangs nordistes (86e).

La fin de la rencontre s’est alors animée. Très discret jusque-là, Edinson Cavani a été tout près d’inscrire son 18e but de la saison en championnat à deux reprises (88e, 90e+1). Lille, lui, a obtenu un ultime corner, sur lequel Mike Maignan est monté pour tenter d’arracher l’égalisation. Sur le contre, lancé par Pastore, Mbappé a conclu le match du troisième but parisien, faisant résonner "Allumer le feu", en hommage à Johnny Hallyday, pour la dernière fois de l’après-midi.

À lire aussi >> PSG-LOSC: le Parc des Princes salue Johnny Hallyday en chansons

Lille, le coup d’arrêt

Le LOSC restait sur deux victoires consécutives face à Lyon (2-1) et Toulouse (1-0). Deux matches où les performances de Maignan, qui avait notamment bloqué deux penalties face à Nabil Fekir et Andy Delort, ont compté. Face à son club formateur, le jeune portier lillois (22 ans) s’est montré moins à son avantage, à l’image du but de Pastore, sur lequel sa responsabilité semble engagée. Mais il a tout de même dévié sur le poteau une tentative de Mbappé (78e).

À lire aussi >> LOSC: comment fonctionne la cellule technique qui remplace Bielsa

Intéressants par séquence, en première mi-temps surtout, les joueurs de Joao Sacramento ont été sanctionnés de leurs largesses. Sur le second but, la relance hasardeuse de Junior Alonso a permis à Marco Verratti de récupérer le ballon et de trouver trop facilement Cavani aux abords de la surface de réparation. En bref, le réveil lillois, matérialisé par la réduction du score d’El Ghazi, a été trop tardif. Le LOSC n’est toujours pas à l’abri malgré son sursaut récent: une victoire de Toulouse contre Caen, samedi soir (20h), le renverrait en position de barragiste.

À lire aussi >> Qui sont les adversaires les plus probables pour le PSG en 8es de finale de Ligue des champions ?

VIDEO: Le PSG, Neymar, ses souvenirs… entretien avec Nenê

Thomas Broggini