RMC Sport

Ligue 1: il joue au Gazélec, il n’a pas peur du PSG

Amos Youga

Amos Youga - AFP

A 22 ans, Amos Youga découvre les joies de la L1 avec le GFC Ajaccio qu’il a rejoint en 2014 après un parcours débuté au centre de formation de l’OL. Dimanche (21h), il découvrira la pelouse du Parc des Princes face aux stars du PSG. Mais cela n’impressionne pas l’international centrafricain, complètement indifférent à l’idée de se frotter à ces joueurs d’un autre monde. Il détaille pourquoi.

Une équipe qui ne l’impressionne pas

« Franchement, personnellement, ça ne me fait ni chaud, ni froid. Ça reste un match comme les autres. Ce qui me fait plaisir, c’est que tu passes le dimanche soir à 21h sur Canal + devant ta famille, devant tout le monde. C’est juste ça qui me fait ‘‘kiffer’’. Le fait de jouer contre le PSG, au pire, ce sont des grands noms, mais ça ne va rien changer à ma vie. C’est la meilleure équipe de France, mais sans plus. J’ai l’impression que c’est plus jet set le PSG, c’est l’endroit où il faut se montrer. Il y a tous les people qui sont là-bas. Par rapport aux joueurs, c’est sûr qu’on est mis en avant quand on joue contre le PSG. Surtout le dimanche soir à 21h. Il faut en profiter. C’est le meilleure équipe de France, il ne faut pas se prendre la tête, pas se poser de questions. De toute façon, ça va être dur, mais on se donnera à fond. »

Un Parc des Princes sans saveur

« Avec ma sélection nationale, ou même avec l’OL en tant que remplaçant, j’ai déjà joué dans des stades beaucoup plus chauds… Je ne connais pas le Parc des Princes, mais en Afrique, c’est plus chaud qu’en Europe. Plus il y a de l’ambiance, mieux c’est. L’ancien Parc était mieux. De ce qu’on voit à la télé, il y avait plus de bruit, plus de folie. Ils ont dû calmer un peu le jeu par rapport aux soucis qu’ils ont eu dans les tribunes où à l’extérieur du terrain mais l’ambiance était meilleure. »

Son choc, c’est face à l’OL

« Quand le calendrier est sorti, je n’ai pas regardé quand est-ce qu’on allait jouer contre le PSG. Par contre, j’ai regardé de suite quand on jouerait contre l’OL, vu que je suis de Lyon et que c’est mon ancien club. Mais je n’ai pas du tout regardé contre Paris. Certains joueurs sont de Paris donc ils sont motivés, ils sont pressés d’en découdre. C’est une fierté de jouer dans sa ville, devant ses proches. C’est ce qui motive. Plus que le fait d’aller jouer au Parc. Jouer un match proche de sa famille, ça fait plaisir. »

Prendre des photos ? Quel intérêt ?

« Ce n’est pas le Maracana pour prendre des photos ! Michael Jackson, il ne sera pas sur terrain (rires) ! Non, non, non, il n’y a pas de photos à prendre. L’adrénaline va monter quand on va se rapprocher du match. Après, est-ce que voir les joueurs du PSG en vrai va me faire quelque chose ? (Il réfléchit, ndlr) Oui, ça va faire un petit truc parce qu’on les voit à la télé. Mais on les voit dans le couloir avant de rentrer, puis après c’est un combat. Je ne vais pas courir à côté d’eux (Cavani, Zlatan ou Di Maria, cités dans la question) en prenant des photos. De toute façon, je préfère regarder un match de l’OL qu’un match du PSG. Même si je sais qu’avec Paris, on ne va pas s’ennuyer. Mais si j’ai le choix… »

Un échange de maillots ? Hors de question !

« Je ne récupérerai aucun maillot ! Je ne les connais pas, les joueurs. Indifférence totale ! Si je devais prendre un maillot, ça serait celui d’un joueur que je connais. C’est différent de la Coupe de France. Le championnat, c’est autre chose. Dans les têtes, ce n’est pas pareil. Il n’y a pas d’admiration particulière. »

Vincent Delzescaux