RMC Sport

Ligue 1 : l’équipe type de la 30e journée

-

- - -

Après son feu d’artifice à Troyes (0-9), assorti d’un 6e titre de champion de France, le PSG place logiquement quatre joueurs dans l’équipe type de la 30e journée de Ligue 1. Toulouse, sans pitié pour Bordeaux (4-0), place deux éléments.

Steve Mandanda (Marseille)

L’homme providentiel de l’OM cette saison, dont la prestation à Lorient (1-1) ce week-end a même suscité les louanges de Jean-Michel Aulas. Il y avait de quoi. Le portier olympien a réalisé neuf arrêts, dont quelques parades exceptionnelles. Il empile les exploits chaque semaine. Où serait Marseille sans lui ? Bien au-delà que son actuelle 10e place.

Jonathan Martins Pereira (Guingamp)

Le précieux succès arraché par Guingamp face à Saint-Etienne (2-0) doit beaucoup aux latéraux bretons Lars Jacobsen et Jonathan Martins Pereira. Généreux dans son couloir, Martins Pereira a offert le deuxième but à Sloan Privat. Survolté en fin de match, son « clapping » a enflammé le public du Roudourou.

Zargo Touré (Lorient)

On n’a pas vu Michy Batshuayi au Moustoir. Zargo Touré y est pour quelque chose. Arrivé cet été en provenance du Havre, le défenseur sénégalais (26 ans) a fait son trou chez les Merlus (24 matches disputés en Ligue 1). Costaud, appliqué sur les relances, il a parfaitement contrôlé sa zone face à l’OM (1-1).

David Luiz (PSG)

L’homme qui ne perd jamais les PSG-Chelsea s’est baladé sur la pelouse du stade de l’Aube, jamais mis en danger par d’inoffensifs attaquants troyens. S’il n’a pas marqué, la qualité de sa relance longue a parfois semé la panique dans le camp de l’ESTAC.

Layvin Kurzawa (PSG)

Aligné à la place de Maxwell, lui non plus n’a pas marqué lors du festival du jour. Très à l’aise, il a néanmoins délivré un centre décisif pour Ibra (56e) et un autre sur le but contre son camp de Saunier (58e). Un match convaincant à l’image de ses titularisations (10 en Ligue 1) cette saison. Maxwell restera le numéro 1 jusqu’en juin prochain, mais Kurzawa tape à la porte.

Etienne Didot (Toulouse)

Pascal Dupraz l’a replacé dans l’équipe, et pour l’instant, il n’a pas à le regretter. Très convaincant face à une formation de Bordeaux balayée (4-0), le joueur de 32 ans a tout fait au milieu. Mention spéciale pour sa qualité de passe dont ont su profiter Wissam Ben Yedder et Martin Braithwaite notamment.

Sofiane Boufal (Lille)

On peut lui reprocher de parfois trop en faire, mais avec Sofiane Boufal, il se passe toujours quelque chose. A Bastia, il a joué les nettoyeurs de lucarne sur une très jolie frappe du gauche, son 8e but de la saison. Son coup franc est à l’origine de la 2e réalisation de son équipe. Deux actions décisives qui s’ajoutent à une belle constance.

Adryan (Nantes)

Malgré sa blessure, le petit milieu brésilien Adryan aurait pu faire sauter le coffre angevin à lui tout seul si ses attaquants avaient été plus prompts devant le but. Remuant, virevoltant, le feu follet nantais a beaucoup pesé en première période. Dommage qu’il ait dû sortir à la mi-temps.

Javier Pastore (PSG)

Ah, Javier… Ce match de gala était fait pour lui. Il n’a pas forcément régné sur le match, mais certains de ses gestes sont des bijoux. On retiendra son but délicieux, bien sûr, son petit-pont sur Nivet ou encore sa percée pour le dernier but d’Ibra. Au sein d’une équipe déjà sacrée et totalement libérée, il peut faire très mal en fin de saison.

Wissam Ben Yedder (Toulouse)

Son doublé a enfoncé Bordeaux, puni par Toulouse (4-0) et redonné un semblant d’espoir à une équipe du TFC revenue à sept points de Reims, premier non relégable. Avec 12 buts, WBA, pointe à la 5e place du classement des buteurs. Il tient une bonne partie du maintien de son club entre ses pieds.

Zlatan Ibrahimovic (PSG)

Sacrée semaine pour le patron de la Ligue 1. Décisif à Chelsea mercredi en 8e de finale retour de Ligue des Champions (1-2), le Suédois a signé un quadruplé à Troyes (0-9) pour le match du titre de champion de France du PSG. Zlatan en est à 102 buts inscrits en championnat sous le maillot du PSG (dont 27 cette saison), au ratio affolant de 0,82 but par match. Le Suédois est tout simplement au-dessus, bien aidé ce dimanche par des défenseurs troyens quasiment asservis. A 34 ans, il plane.

la rédaction