RMC Sport

Ligue 1: le gros coup du PSG, tombeur de l'OL et nouveau leader

Malgré une dernière demi-heure moins aboutie, le PSG a dominé l'OL (4-2) ce dimanche dans le sommet de la 30e journée de Ligue 1. Portés par Kylian Mbappé, auteur d'un doublé, les Parisiens prennent les commandes du classement.

La course au titre vient peut-être de connaître un tournant majeur ce dimanche. Après la défaite surprise de Lille face au Nîmes Olympique (2-1), le PSG a envoyé un message fort à ses rivaux en dominant l’OL (4-2), en clôture de la 30e journée de Ligue 1. Un succès mérité qui permet au club de la capitale de passer devant les Dogues et de prendre les commandes grâce à une meilleure différence de buts (+46 pour Paris, +31 pour Lille). Trop longtemps décevant dans ce choc, Lyon reste à trois points de ce trio et voit sa troisième place menacée par Monaco, juste derrière à une longueur. Pour Paris, ce résultat est aussi très important pour la confiance à l’approche de la double confrontation contre le Bayern Munich en quarts de finale de la Ligue des champions (7 et 13 avril). Ils le savaient déjà mais les Munichois ont à nouveau pu constater à quel point Kylian Mbappé est capable de les faire souffrir. A tout moment. Sur un geste ou une accélération.

Le show Mbappé

Déjà auteur d’un doublé mercredi face à Lille (3-0) en huitième de finale de la Coupe de France, le champion du monde a remis ça au Groupama Stadium en écœurant les Gones. Intenable, il a ouvert le score dès la 15e minute sur un enchaînement rappelant celui qu’il avait réussi lors de la Coupe du monde 2018 devant l’Argentine. Pas rassasié, il a signé le quatrième but parisien au bout d'une contre-attaque initiée par Marco Verratti (52e). Avant de céder sa place au revenant Neymar à la 70e. Par simple précaution ? Pour l'économiser ? L’ancien Monégasque, qui en est désormais à 100 buts en Ligue 1 à seulement 22 ans, ne semblait pas souffrir au moment de quitter le terrain. Une chose est sûre, Paris est apparu en difficulté après sa sortie, alors que ce choc aura été à sens unique pendant plus d'une heure.

"Ça peut être un domaine très important. C'est vrai à l'aller, c'était difficile, on n'arrivait pas à trouver des espaces. Lucas Paqueta fait un gros championnat, c'est à nous de trouver les clefs pour être mieux qu'à l'aller." Marco Verratti l’avait rappelé à juste titre cette semaine en conférence de presse : lors de sa défaite contre Lyon (0-1) au Parc des Princes, le 13 décembre, le PSG avait souffert dans l’entrejeu. Pas perturbés par le 3-5-2 mis en place par Thomas Tuchel, les Lyonnais avaient gagné la bataille du milieu, en mettant l’impact nécessaire, en gênant les premières relances adverses et en fermant l’axe. Pour ne pas que ce scénario se reproduise, Mauricio Pochettino a fait le choix d’aligner Danilo Pereira et Idrissa Gueye à la récupération. Avec Marco Verratti disposé un cran plus haut. Une formule payante puisque Paris a asphyxié le trio Lucas Paqueta-Thiago Mendes-Maxence Caqueret.

Le réveil trop tardif de l'OL

Présent dans l’impact, précieux techniquement et pas embêté par le trop faible pressing lyonnais, le double pivot Danilo-Gueye s'est régalé. Le Portugais a même prouvé qu’il pouvait rendre des services offensivement. C’est lui qui a doublé la mise d’une sublime demi-volée du droit sur une remise de la tête de Marquinhos (32e). Largement supérieur au milieu, le PSG a aussi fait forte impression offensivement. Il y a eu le doublé de Mbappé, bien sûr. Mais il faut aussi souligner la prestation de Moise Kean, toujours aussi généreux dans ses efforts et important pour l’équilibre de son équipe. Il ne lui a pas manqué grand-chose pour ouvrir le score dès la 6e minute. A la réception d’un centre de Mbappé, qui venait de déposer Marcelo d'un rush côté gauche, l’Italien a buté sur Lopes. Di Maria, lui, a trouvé la faille au retour des vestiaires sur un coup franc que personne n’a touché (47e). Au-delà de ce but, sa qualité technique et sa faculté à distribuer le jeu ont encore fait mal à ses adversaires.

En face, les attaquants lyonnais ont déçu. Seul Islam Slimani, lancé avant l’heure de jeu à la place d’un Memphis Depay transparent, est parvenu à s’illustrer en marquant d’une lourde frappe du droit (62e). Décisif quelques minutes auparavant devant Karl Toko-Ekambi (51e), Keylor Navas a été chercher le ballon au fond des filets une nouvelle fois en fin de match sur un missile de Maxwel Cornet (81e). Avant d’empêcher Slimani de claquer un doublé (83e), ce qui aurait offert une fin de match assez folle. La preuve que ce PSG a encore une marge de progression. Rudi Garcia, lui, pourra regretter le réveil trop tardif de son équipe.

https://twitter.com/rodolpheryo Rodolphe Ryo Journaliste RMC Sport