RMC Sport

Ligue 1: Lens s'invite dans le top 5, Metz enfonce Nice

Fort de sa victoire ce dimanche contre Dijon (2-1), à l'occasion de la 26e journée de Ligue 1, Lens continue de croire à l'Europe. Dominé par Metz (2-1), Nice est à l'inverse en chute libre, alors que Nîmes a réussi une bonne opération en s'imposant face à Bordeaux (2-0). Strasbourg a été accroché par Angers (0-0) à domicile.

Lens s’invite dans le top 5

Au moment de démarrer la saison, début septembre, l’objectif était clair pour le RC Lens : le maintien. Un peu moins de six mois plus tard, le promu peut sérieusement revoir ses ambitions à la hausse. En s’imposant ce dimanche contre Dijon (2-1), pour le compte de la 26e journée de Ligue 1, les hommes de Franck Haise ont atteint la barre des 40 points. Les voilà désormais installés à la cinquième place du classement. De quoi renforcer les rêves d’Europe de leurs supporters. Plus entreprenants, les Lensois ont pris les devants grâce au premier but cette saison de Seko Fofana (30e). Après l’égalisation de Glody Ngonda sur une lourde frappe du gauche (61e), Simon Banza a redonné l’avantage aux siens (64e). Seulement quelques instants après son entrée en jeu. Privé de victoire depuis deux mois, Dijon reste bon dernier, avec huit points de retard sur la place de barragiste occupée par Nantes.

La bonne opération des Nîmois

Le maintien est encore loin, mais l’espoir est plus que présent dans les rangs du Nîmes Olympique. Une semaine après leur victoire en terre dijonnaise (2-0), les Crocos sont parvenus à enchaîner à domicile face aux Girondins (2-0). Malgré plusieurs absences et la blessure en première période de leur capitaine Anthony Briançon, visiblement touché à une cuisse et évacué sur civière, ils ont su faire la différence rapidement grâce à Birger Meling (14e). Avant de tenir bon pour gérer les quelques offensives bordelaises. Après l’exclusion de Loris Benito pour un tacle totalement raté sur Karim Aribi (68e), les joueurs de Pascal Plancque ont même réussi à faire le break sur une tête de Renaud Ripart (71e). Pointés à la 19e place, ils reviennent à deux longueurs de Nantes (18e). Pour Bordeaux (11e), battu à quatre reprises lors de ses cinq derniers matchs, la fin de saison s’annonce vraiment sans saveur.

Nice ne s’en sort pas

Faciles tombeurs d’Angers (3-0) au début du mois et loin d’être ridicules au Parc des Princes (défaite 2-1), les Aiglons semblaient sur la bonne voie. Mais ils sont aussitôt retombés dans leurs travers. Quatre jours après avoir relancé l’OM, ils ont logiquement été dominés à domicile par une équipe du FC Metz (2-1) toujours aussi solide. Certes, les hommes d’Adrian Ursea étaient à nouveau privés de plusieurs cadres (Dante, Jeff Reine-Adelaïde, Kasper Dolberg, Rony Lopes…), mais ils n’ont pas mis les ingrédients nécessaires pour espérer l’emporter. Menés 2-0 sur des buts de Kiki Kouyaté (15e) et Lamine Gueye (38e), ils ont relancé le suspense à l’heure de jeu sur un penalty obtenu et transformé par Amine Gouiri (61e), d’abord annoncé forfait en raison d’un test positif au coronavirus mais finalement bien présent en attaque. Metz s’est accroché à ce résultat et se hisse au sixième rang. Nice glisse à une inquiétante 16e place, avec seulement six points d’avance sur la zone rouge.

Strasbourg accroché par Angers

Que serait un multiplex de Ligue 1 sans un 0-0 ? Il en fallait un et il nous a été offert par les Strasbourgeois et les Angevins du côté de la Meinau. La première période a tout de même été plutôt plaisante, la seconde beaucoup moins. Dominateurs, les locaux ont eu quelques munitions pour ouvrir le score, en particulier Ludovic Ajorque et Adrien Thomasson, mais il leur a manqué une dose de réussite et une pointe de justesse dans le dernier geste. Habib Diallo, lui, a trouvé la barre transversale sur une tête au bout du suspense (89e). Paul Bernardoni, branché sur courant alternatif ces dernières semaines, s’est également montré vigilant lors de cette rencontre. Le Racing est 15e, cinq places derrière son adversaire du jour.

RR