RMC Sport

Losc: Galtier refuse de parler du titre mais espère "une énorme surprise"

A la veille du déplacement à Metz, ce vendredi lors de la 32e journée de Ligue 1 (21h), Christophe Galtier est resté modeste à l’heure d’évoquer la course au titre. Après sa victoire à Paris le week-end dernier, Lille est pourtant en tête du championnat. Mais le coach des Dogues cible en priorité une place sur le podium.

Ne surtout pas s’emballer. Christophe Galtier joue la carte de la prudence à l’heure où Lille occupe la tête de la Ligue 1, avec 3 points d’avance sur le PSG. A la veille du déplacement à Metz, ce vendredi lors de la 32e journée (21h), le coach des Dogues a fait savoir qu’il visait avant tout une place sur le podium. Mais vu les circonstances, il rêve évidemment du titre. A voix basse.

"Nous sommes premiers, mais l’objectif de début de saison était d’être européen, a rappelé l’entraîneur lillois en conférence de presse. On va l’être. On souhaite jouer la Ligue des champions, il va falloir se battre. Et en se battant, vu la situation, on peut créer une énorme surprise. Mais de là à se focaliser sur le titre, ce n’est pas mon cas. La grande performance sera de jouer la Ligue des champions et la performance exceptionnelle sera d’être champion. On va y aller étape par étape. Il reste sept matchs, ce n’est pas beaucoup. Mais avec 21 points en jeu, les écarts peuvent vite être comblés."

Après avoir été solides au Parc des Princes, samedi dernier contre Paris (0-1), les partenaires de Jonathan Ikoné vont devoir maintenir un niveau d’implication élevé pour ne pas se faire surprendre à Saint-Symphorien. "On n’a pas le droit de donner moins que face à Paris, on doit donner au moins la même chose. Et même plus", prévient Galtier.

"Ça se présente rarement dans une carrière"

Interrogé sur une éventuelle déception si le titre devait échapper au Losc, Galtier a répondu: "On le saura au soir du dernier match de championnat. On ne sait pas ce qui va se passer d’ici-là. On a un bon bilan face aux concurrents directs mais on a aussi fait quelques contreperformances face à des équipes moins bien classées. Ça peut se jouer jusqu’à la dernière journée. Il faudra être bons contre tout le monde. C’est une dure bagarre qui a commencé depuis le week-end dernier."

Alors qu’est-ce qui peut empêcher le club nordiste d’aller chercher le quatrième titre de son histoire (le premier depuis 2011)? "La crispation et la nervosité, ça c’est sûr. Et l’état d’esprit. Le sacrifice, le don de soi, estime Galtier. Lors des entraînements mais aussi les prises de décision sur un plan de jeu ou une stratégie. Je demande à mes joueurs d’accepter les choix, les orientations. Et d’être disponibles à 150% pour l’équipe. Personne ne peut être au-dessus du club. Ce qui se présente, ça se présente rarement dans une carrière de jouer. Et d’entraîneur aussi".

https://twitter.com/AlexJaquin Alexandre Jaquin Journaliste RMC Sport