RMC Sport

OM : A quoi joue vraiment Sampaoli ?

Jorge Sampaoli

Jorge Sampaoli - AFP

A Marseille, difficile de passer à côté du nom de Jorge Sampaoli lorsqu’on évoque le nom du probable successeur de Michel. Un intérêt mutuel existe entre l’OM et le technicien argentin, mais l’homme est un habitué des changements de cap brusques. La liste de ses ex-futurs clubs s’allonge au fil des semaines, et sa destination finale pourrait être bien différente de celle annoncée initialement.

«J'aimerais entraîner un club comme l'OM ou Galatasaray, qui génère beaucoup de passion». La petite phrase lâchée par Jorge Sampaoli le 11 mars dernier dans une interview au media argentin Vorterix a suffi à faire naître des espoirs chez les supporters marseillais, conquis à l’idée de voir venir le disciple de Bielsa redresser leur équipe. Comme expliqué sur RMC Sport, un intérêt mutuel existe entre l’OM et le technicien argentin. Mais Sampaoli est passé maître dans l’art des contre-pieds, et son avis d’un jour est souvent différent le lendemain. Depuis qu’il a quitté la tête de la sélection chilienne en janvier, il est cité régulièrement sur des bancs libres ou en instances de l’être, et ses agents s’activent pour lui trouver un point de chute. Mais pas n’importe comment.

Boca, c’est non mais…

Il a ainsi été annoncé à Boca Juniors début mars, et a rencontré le président de Boca, Daniel Angelici, et Adrián Rocco, l’agent de Carlos Tévez. Une offre qu’il a refusée. Au début, ce refus a été mis sur le compte de son attachement à River, le rival historique, d’autant qu’il avait par le passé expliqué « ne jamais vouloir coacher Boca ».

Mais Sampaoli a joué sur l’ambiguïté. «Boca est un grand club et mon projet de battre Barcelone, il peut me l’offrir. Je n’aime la façon avec laquelle le Barça se joue des adversaires lors du Mondial des clubs, a-t-il expliqué à Vorterix. Il y a peut-être un dicton qui dit que quand on supporte River on ne peut pas être à Boca, mais ce n’est pas mon cas » a-t-il glissé, avant de remercier le club de son intérêt. « J’ai refusé parce que ce n’est pas ce que je voulais » a-t-il simplement affirmé, toujours aussi énigmatique.

Il a envie de River, comme il a envie Newell’s

Un pas en avant, un pas en arrière, Sampaoli est à l’aise dans l’exercice. En octobre, il expliquait son « rêve de diriger River, qui ne veut pas sortir de ne (s)a tête depuis l’enfance ». Fin décembre, dans une interview à La Capital, il avançait cette fois : «Un jour, je viendrais entraîner Newell’s Old Boys», le club où il évoluait durant sa jeunesse, et l’ancienne équipe dirigée par…Marcelo Bielsa. On attend toujours les faits.

Et finalement le Qatar ?

Le technicien et son entourage continuent de candidater un peu partout, et ont une idée assez précise de ce qu’ils veulent. Chelsea ou Manchester United ont refusé ses services. D’autres clubs, dont l’OM, voudraient se laisser tenter, mais n’en ont pas les moyens. L’entraîneur a des exigences salariales très élevées, et pourrait être contenté par un challenge dans les pays du Golfe et leurs ressources quasi illimités. Le journal chilien El Mercurio, dans son édition de ce mardi, a ainsi détaillé les négociations en cours entre Sampaoli et… la fédération qatarienne de football. Le dossier intitulé Le projet secret de Sampaoli pour diriger la sélection du Qatar consigne les conditions posées par le technicien vainqueur de la Copa America en 2015.

Il liste ses envies pour mener à bien son « Projet 2022 », entre privilèges (visas, vols gratuits en Argentine ainsi qu’en Europe pour lui et sa famille, maison, etc ) et salaires monstrueux dont les échéanciers sont déjà prévus ! On peut citer pêle-mêle : 25 % de son salaire le jour de sa signature, et les 75% autres plus tard, 3,5 M€ de prime uniquement pour sa présence sur le banc du Qatar au Mondial 2022, 7 M€ par tour passé après la phase de poules, 8,9 M€ en cas de finale, 7 M€ pour une qualification olympique à Tokyo en 2020, 4,4 M€ par tour passé… Des chiffres à mille lieux du budget actuel de l’OM. Pour la « passion » en revanche, il faudra repasser…