RMC Sport

OM : quand Gignac était "un boulet" pour Deschamps

André-Pierre Gignac et Didier Deschamps

André-Pierre Gignac et Didier Deschamps - AFP

Dévoilées ce samedi par L’Equipe, les conversations téléphoniques de Jean-Pierre Bernès dans le cadre de l’affaire des transferts suspect à l’OM montrent le peu de considération qu’avait Didier Deschamps pour André-Pierre Gignac lorsque les deux hommes étaient réunis à Marseille en 2011-2012.

Et dire que ces deux-là vont peut-être passer plus d’un mois ensemble cet été à l’occasion de l’Euro 2016… Entre Didier Deschamps et André-Pierre Gignac, le courant n’a pas toujours été au beau fixe. Entre 2010 et 2012, le Basque et l’actuel avant-centre des Tigres ont souvent entretenu des rapports électriques à l’OM.

Ce fut notamment le cas en 2011-2012, la dernière saison de Deschamps à Marseille, comme le prouvent des conversations téléphoniques entre le Basque et son agent Jean-Pierre Bernès, révélées ce samedi par L’Equipe. « Remplacer Gignac par Gameiro ou par n’importe qui, de toute façon, ça peut être que mieux », s’est lamenté Deschamps auprès de son conseiller au mois de décembre 2011 selon le rapport des écoutes téléphoniques dans le cadre de l’affaire des transferts suspects à l’OM

« Il a envie d’être payé aux frais de la princesse »

Un mois plus tard, en janvier 2012, l’actuel sélectionneur se montrait encore plus désabusé et fataliste. « Gignac, bon, tu peux oublier. Il est là, on va le traîner comme un boulet, hein, donc. Il ne veut pas partir, il fout plus rien depuis douze jours. Bon, il a envie d’être payé aux frais de la princesse, quoi, si tu veux, quoi. »

Didier Deschamps n’a pas été très tendre non plus avec un certain Mathieu Valbuena, dont il évoquait les limites. « Tu ne peux pas lui enlever ses qualités, son envie et ce qu’il fait par rapport aux moyens qu’il a. Il est allé au-delà de ce qu’il pouvait quoi. » Après avoir été le joueur le plus utilisé par Deschamps chez les Bleus, le milieu lyonnais a de bonnes chances de regarder l’Euro à la télévision.