RMC Sport

OM: Villas-Boas sème le doute sur sa prolongation en fin de saison

André Villas-Boas a fait part lundi de son incertitude quant à une éventuelle prolongation de son contrat à l’OM. L’entraîneur portugais négocie mais n’en fait pas une priorité pour le moment.

En fin de contrat en juin prochain, André Villas-Boas négocie une prolongation avec la direction de l’OM. Après avoir à plusieurs reprises rappelé son envie de poursuivre à Marseille, le technicien portugais s’est montré plus flou ce lundi à deux jours du match contre Lens. Son silence avant de répondre, de trois secondes, a semblé interminable.

"C'est plutôt, à la direction d'établir si ma situation est un souci ou non vis-à-vis des joueurs. Mais moi j'ai de bons indicateurs avec les joueurs. Cela ne change rien, a d’abord expliqué l’entraîneur de 43 ans en conférence de presse. […] Si on arrive à la fin, on arrive à la fin. Je suis à 100% dans le projet jusqu'à juin."

Villas-Boas: "Je ne sais pas, ce n’est pas le moment"

Deux jours après la défaite contre Nîmes (1-2), dernier de Ligue 1, l’OM se trouve sixième du classement. Bonne nouvelle, le club phocéen dispose de deux matchs en retard à jouer contre Lens et Nice afin de se rapprocher du classement. L’occasion pour André Villas-Boas de se concentrer sur autre chose que sa situation personnelle. Mais son silence avant de répondre à la question de sa prolongation, trois secondes, a semblé interminable.

"Je ne sais pas…, a ensuite lancé le Portugais avec un sourire gêné. Ce n'est pas le moment. Ce type de choses doit se passer dans un bon moment. Ce n’est pas le cas. On a eu une mauvaise prestation en Ligue des champions et en ce moment on n’a pas le droit de penser à une prolongation. Pour moi, toute ma concentration est pour renverser la dynamique négative de résultats."

Le meilleur moyen de lever les doutes reste encore de retrouver la victoire. L'OM n'a gagné qu'un seul de ses six derniers matchs en Ligue 1. Mais avec des victoires contre Lens et Nice, Marseille serait totalement relancé.

JGL avec Florent Germain