RMC Sport

PSG : le titre le plus précoce dès dimanche ?

Le sacre national des Parisiens en 2015

Le sacre national des Parisiens en 2015 - AFP

Le match nul de Monaco contre Reims (2-2) ce vendredi en ouverture de la 30e journée de Ligue 1 a une conséquence directe pour le PSG. En cas de victoire ce dimanche (14h) à Troyes, le club de la capitale obtiendrait officiellement son quatrième titre consécutif. Un record de précocité dans l’histoire de notre championnat.

A force de jouer avec le feu (ou de ne pas jouer, pour être précis), Monaco a fini par voir Reims recoller au score ce vendredi soir. Un match nul qui devrait permettre au PSG d’être sacré ce week-end. Pour fêter leur quatrième titre ce dimanche (14h), Zlatan Ibrahimovic et sa bande connaissent désormais le scénario à écrire. Il est très clair : Paris devra l’emporter sur la pelouse de Troyes, où l’ESTAC compte huit défaites (contre aucune victoire) en 14 matches. Tout sauf une mission compliquée.

En cas de victoire dans l’Aube, les hommes de Laurent Blanc afficheraient 77 points contre 52 à l’ASM. Avec seulement huit journées encore à disputer, et donc 24 points à prendre au maximum, l’affaire serait pliée. Un quatrième titre (le sixième dans l’histoire du club, autant que Reims et Bordeaux), unique en son genre puisqu’aucune équipe n’a jamais été sacrée si tôt dans l’histoire de notre championnat, le précédent record étant détenu par le Lyon version 2006-2007, titré dès la 33e journée. Et ce n’est pas la seule marque que les Parisiens peuvent encore dépoussiérer.

Encore tout un tas de records à dépoussiérer

Si tout un exercice sans perdre le moindre match en L1 n’est plus à l’ordre du jour depuis le revers sur la pelouse de l’OL, le PSG peut encore égaler le Nantes 1994-95 avec une seule défaite dans la saison. Il peut également battre son propre record de points (89 en 2013-2014), celui des victoires (27 pour le Paris version 2013-2014 contre 23 pour l’actuel), le plus petit nombre de buts encaissés (21 pour l’OM en 1991-1992 contre 15), la meilleure différence de buts (+63 pour le Reims 1959-60 contre +53) et la plus grande différence avec son dauphin (+17 pour l’OL en 2005-2006 contre +22 avant le match à Troyes).

Seul celui du plus grand nombre de buts marqués semble compliqué à aller chercher : le PSG a fait trembler 68 fois les filets mais le RC Paris avait atteint le total ahurissant de 118 buts en 1959-60. Avec ce sacre précoce, le PSG va surtout pouvoir se concentrer à 100% sur ses autres priorités : le quart de finale, voire mieux, en Ligue des champions mais aussi une dixième Coupe de France (ce qui égalerait le record de l’OM) et une sixième Coupe de la Ligue à aller chercher.