RMC Sport

PSG: ce qu’il s’est passé dans le vestiaire après Chelsea

-

- - -

DOCUMENT RMC SPORT. Les joueurs du PSG ont fait preuve de retenue après avoir décroché leur qualification pour les quarts de finale de la Ligue des champions sur le terrain de Chelsea, mercredi (1-2). Loin des scènes de joie de la saison passée, les Parisiens se sont vite tournés sur la prochaine étape même si certains d’entre eux, comme Zlatan Ibrahimovic ou Adrien Rabiot, ont bien savouré ces moments. Immersion.

Tout en maîtrise. Le scénario de la qualification du PSG pour les quarts de finale de la Ligue des champions n’a pas engendré de grosses scènes de joie dans le vestiaire parisien, mercredi après la victoire à Chelsea (1-2). Rien à voir avec les célébrations qui avaient suivi le match nul arraché la saison passée sur ce même terrain de Stamford Bridge, après un combat homérique à 10 contre 11 (2-2 a.p.). « La qualification était obligatoire, on n'a pas réalisé un exploit. Le scénario n’est pas celui de l’année dernière, on n'allait pas célébrer ça comme l’année dernière », rappelle un joueur parisien.

Le plus beau moment de la soirée pour les joueurs restera la communion avec les 1 500 supporters parisiens, juste après le coup de sifflet final. Pendant de longues minutes, ils célèbrent la qualification devant le parcage réservé aux fans du PSG, qui avaient donné de la voix dans le stade. Parmi les joueurs, l’un d’eux apparaît comme l’un des plus heureux : Zlatan Ibrahimovic. Le Suédois a pris conscience qu’il a été vraiment décisif dans un match important de Ligue des champions. Pour la première fois de sa vie, il a marqué dans un match retour après les poules en C1. L’attaquant parisien envoie son maillot dans le kop des Parisiens.

Laurent Blanc, en retrait, a le sourire mais ne partage pas les festivités. Le président parisien, Nasser Al-Khelaifi, lui, va jusqu’au kop pour applaudir les supporters présents. Le Qatari avait parlé avec ses joueurs avant le match. Comme souvent, il leur a tenu un discours mobilisateur avant un match important en déclarant en substance : « La Ligue des champions est votre rêve, votre objectif. La chose la plus importante qui vous fait avancer. Vous devez mourir sur le terrain pour chaque match de Ligue des champions, se battre pour vos rêves et ça commence ce soir. » Un discours fort, plein d’autorité, qui a touché certains joueurs.

Le texto de Serge Aurier

Nasser Al-Khelaifi a ensuite retrouvé ses joueurs, juste après la rencontre, en réservant une étreinte forte et chaleureuse à Zlatan Ibrahimovic. Le boss parisien a aussi eu un mot pour chaque joueur et notamment pour le jeune Adrien Rabiot, auteur du but « le plus important de sa vie », comme il le répète à certains de ses coéquipiers dans le vestiaire. Emu, Rabiot a le téléphone qui chauffe. Il reçoit des textos de félicitations de ses proches mais aussi de Serge Aurier, actuellement relégué en équipe réserve après ses propos polémiques sur Periscope, et qui a suivi le match devant sa télévision.

Dans le vestiaire, tout le staff technique et le directeur sportif Olivier Létang félicitent le gardien Kevin Trapp, également fêté par son capitaine Thiago Silva. « Dans le vestiaire, Kevin était heureux et assez expansif, c’était beau, confie un membre du club. Les joueurs ont conscience qu’il est peut être l’homme fort de cette double confrontation. »

Matuidi soulagé

Blaise Matuidi affiche, lui, un large sourire. Il n’a pas ressenti de douleur à la cuisse. Il se dirige alors vers un des kinésithérapeutes du PSG et le prend dans ses bras pour le remercier d’avoir pu tenir sa place grâce à ses soins. Dans le vestiaire, Blaise Matuidi enchaîne aussi quelques pas de danse sous les regards hilares de ses coéquipiers et des applaudissements de certains ! L'international français est heureux. Zlatan est félicité par Angel Di Maria, qui le prend dans ses bras. Un Ibra apaisé devant l'ancien joueur du Real. Salvatore Sirigu, le gardien remplaçant, a aussi le sourire et met l'ambiance dans le vestiaire avec Marquinhos.

Si l’humeur est joyeuse, aucune scène de liesse n’éclate dans le vestiaire parisien tout en retenue. Comme pour rappeler que le travail n’est pas fini en Ligue des champions. « On n’allait pas sortir le champagne, explique un joueur. Si on avait été éliminés, les médias nous auraient tués. Là, on a fait le job. L’objectif ce n’était pas Londres, c’est Milan en mai pour la finale de la Ligue des champions. Il faut rester déterminé. » Signe que ce vestiaire a bien changé, qu’il est plus mature, et plus focalisé sur un unique objectif : soulever la coupe aux grandes oreilles.

MBo